DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA : dernier week-end d'une campagne enflammée


Etats-Unis

USA : dernier week-end d'une campagne enflammée

Le feuilleton de la course présidentielle américaine arrive à son terme. Pour les candidats, le temps est compté. Jusqu’au bout, jusqu‘à mardi prochain, il faudra convaincre les électeurs d’aller voter et faire le bon choix. Stefan Grobe nous appelle à nouveau de Washington pour nous donner les dernières infos sur la campagne.

- « Stefan, il ne reste plus beaucoup de sondages d’opinion, mais que nous disent les derniers en date ?

- Marc, lors des derniers jours de cette élection la campagne a pris une direction qui est restée constante, c’est-à-dire que Hillary Clinton devance Donald Trump nationalement et dans la plupart des états clés mais par une marge d’avance qui est plus étroite que le mois dernier. Cela dit, est-elle assurée de la victoire ? Non. Les sondages surestiment-t-il les soudaines fluctuations du peuple américain ? probablement, oui.
Conclusion, nous allons plutôt sans doute avoir à faire à une élection serrée qui ressemblera plus à l‘élection de Bush contre Gore en 2004 que les victoires écrasantes de Barack Obama ou de Bill Clinton.
Maintenant, il y a des rumeurs qui circulent parmi les commentateurs professionnels et qui disent qu’Hillary Clinton va gagner le Nevada, la Caroline du Nord, la Virginie et la Pennsylvanie, tous ces états où elle semble avoir une avance forte. Si cela arrive et que Trump gagne la Floride, l’Ohio, le Wisconsin, l’Iowa, le Colorado et le New Hampshire, il peut perdre quand même l‘élection ; donc la nuit de l‘élection pourrait en fait être assez ennuyeuse.

- La femme de Donald Trump, Melania, a fait, ce qui est rare, un discours de campagne en Pennsylvanie. Parlez-nous de la signification de cet état.

- Eh bien, la Pennsylvanie a toujours été un fief démocrate incontournable et les républicains se sont toujours cassé les dents dessus. Les républicains pensent toujours qu’ils peuvent gagner là-bas à cause du vote rural mais la dernière fois que cela est arrivé, c‘était en 88. Trump a vraiment besoin de la Pennsylvanie. Voici pourquoi vous avez vu Melania Trump là-bas, voici aussi pourquoi les Clinton ont choisi Philadelphie pour apparaître ensemble la veille de l‘élection avec Barack Obama.
C’est une ville ou Obama avait eu une avance de 70 points grâce au vote afro-américain. Hillary Clinton a exactement besoin des mêmes chiffres.
Melania Trump s’est rendue dans un comté à l’extérieur de Philadelphie, là où Mitt Romney avait en fait gagné, pour essayer de gagner le soutien des femmes qui vivent dans cette banlieue résidentielle et qui ont une bonne éducation. C’est un groupe qui est en faveur de Clinton en ce moment donc si Trump peut limiter ses pertes dans les banlieues de Philadelphie et si le vote afro-américain n’est pas très fort en ville alors Trump a un vrai coup à jouer.

- Cette campagne a vu beaucoup d’attaques personnelles et de rhétorique empoisonnée plutôt que de réels débats politiques… Devons-nous craindre que cela devienne pire après l’annonce des résultats ?

- Marc, effectivement c’est une inquiétude que beaucoup d’Américains ont, et le ministère de la Justice a annoncé qu’il allait envoyer des observateurs dans cinq comtés de Caroline du Nord. C’est un signe clair qu’ils sont inquiets eux aussi.
Nous avons vu aussi de la violence réelle cette semaine dans le Mississippi par exemple, où une église noire a été brûlée et des slogans pro Trump peints sur la façade. C’est extrêmement troublant. Nous avons également entendu parler de groupes néo-nazis et du Ku Klux Klan qui a annoncé qu’il allait surveiller des bureaux de vote dans des endroits comme Richmond, Philadelphie ou Détroit. Ils ont aussi déclaré qu’ils allaient inciter les Afro-américains à rester à la maison le jour de l‘élection en leur proposant de l’alcool ou de la marijuana… Ces incidents bien sûr ont le potentiel pour déclencher des conflits sérieux, et spécialement si les résultats de l‘élection sont serrés.

- Stefan, vous serez à New York ce weekend où Hillary Clinton et Donald Trump tous les deux vont tenir leur dernier meeting de campagne, mais pour celui de Trump ce ne sera pas dans la Trump tower. Est-ce que c’est une surprise, étant donné que cette tour est un peu le fleuron de son arsenal ?

- Vous avez absolument raison, Marc, et je me réjouis de vous reparler ce weekend de New York. D’ailleurs il faut signaler qu’il est très rare que les deux candidats présidentiels se retrouvent dans la même ville le soir de l‘élection.
Alors pourquoi pas la tour Trump ? Eh bien je pense qu’ils essaient de protéger la marque Trump en cas de défaite ; c’est pourquoi ils ont déménagé leurs derniers événements à l’hôtel Hilton, dans Midtown Manhattan, qui est un endroit tout petit…
Le camp Clinton, lui, a choisi un lieu qui n’est pas très loin de là où seront les Trump, mais qui est bien plus grand et qui de façon intéressante a un toit en verre. Un toit en verre qui pourrait donc « exploser » si les Américains élisaient la première femme présidente, donc c’est un symbole très fort.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'immuable Daniel Ortega favori à sa réélection à la tête du Nicaragua