DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Record d'affluence pour l'avant-dernier meeting d'Hillary Clinton


Etats-Unis

Record d'affluence pour l'avant-dernier meeting d'Hillary Clinton

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Hillary Clinton a tenu son avant-dernier meeting à Philadelphie en Pennsylvanie, l’un des états-clés que la candidate démocrate doit remporter pour décrocher la victoire.

Pour l’occasion, Barack et Michelle Obama, son époux Bill et sa fille Chelsea étaient présents sur scène. Le président en exercice a une fois de plus vanté les mérites de son ex-Secrétaire d’Etat, qui fut aussi sa rivale des primaires en 2008.

“Nous avons maintenant la chance d‘élire un 45ème président qui construira sur notre progrès, qui finira le job, qui a déjà gagné le respect des dirigeants et de ceux qui les servent à travers le monde, qui est intelligente, solide et qui a fait ses preuves et qui arrive à ce poste mieux préparée que quiconque avant elle – mieux que moi, mieux que Bill…la prochaine présidente des Etats-Unis, Hillary Clinton”, a-t-il déclaré à la tribune.

La capitale de Pennsylvanie est un réservoir de voix démocrates, mais qu’il faut mobiliser. Plus de 40 000 personnes étaient réunies sur l’esplanade de l’indépendance, un record d’affluence, peut-être de bon augure pour Hillary Clinton.

“Nous avons décidé croire en une Amérique de l’espoir, ouverte, généreuse. Une Amérique ou tout le monde a sa place, est intégré, ou tout le monde peut s‘élever jusque-là ou son potentiel lui permet d’arriver”, a déclaré la candidate démocrate.

Cerise sur le gâteau, Jon Bon Jovi et Bruce Springsteen ont chanté sur scène.

Ce meeting n‘était que le troisième meeting sur les quatre prévus en ce dernier jour de campagne. Hillary Clinton a ensuite pris la direction d’un autre état-clé : la Caroline du Nord.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les New-Yorkais, convaincus ni par Trump, ni par Hillary