DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ermonela Jaho : quand l'opéra devient une thérapie


musica

Ermonela Jaho : quand l'opéra devient une thérapie

En partenariat avec

L’Opéra Bastille à Paris renoue cet automne, avec “Les Contes d’Hoffmann” d’Offenbach dans une mise en scène du canadien Robert Carsen. Sous la direction de Philippe Jordan, la soprano albanaise Ermonela Jaho donne la réplique au ténor Ramón Vargas dans le rôle-titre. La cantatrice donne toute sa sensibilité à Antonia, une chanteuse tiraillée par un dilemme artistique fatal : si elle continue de chanter, elle mourra.

Ermonela Jaho – alias Antonia dans Les Contes d’Hoffmann à l’Opéra Bastille – confie :

“Mon métier, ce n’est pas juste un métier, c’est une thérapie, c’est une catharsis à chaque fois que je suis sur scène. Dans nos vies actuelles, c’est un tel privilège d’avoir la possibilité de rêver sur scène. Je dois avouer que je vis cela comme si c‘était la seule et unique fois où j’aurais cette chance.
Quand j’envisage les choses de cette manière, mes attentes disparaissent, j’arrête de me demander ce que les gens vont penser de mon chant et je me dis : “C’est mon moment, je vais donner le meilleur de moi-même et vivre cet instant jusqu‘à la dernière seconde.”

La soprano albanaise poursuit :

“Il y a des soirs où l’on perd totalement le contrôle, mais on ne doit pas compromettre le chant. C’est de notre devoir d’accomplir notre mission jusqu’au bout, il ne faudrait pas que j’oublie le côté rationnel et que je suis une chanteuse. J’ai toujours essayé d‘être la plus sincère possible, mais sans perdre totalement le contrôle. En travaillant dur, jour après jour, on peut parvenir à réunir les deux : le contrôle et cette émotion qui est honnête, ces larmes sont sincères.”

Prochain article

musica

Turin célèbre les 120 ans de "La Bohème"