Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Troisième nuit de colère anti Trump dans les rues américaines

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, REUTERS
Troisième nuit de colère anti Trump dans les rues américaines

<p>A New York, des centaines de personnes se sont rassemblées devant la Trump Tower, où vit le président élu. Le magnat de l’immobilier qui avait dénoncé l’influence des médias a transformé son discours, louant cette fois la passion des manifestants pour leur pays.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Love the fact that the small groups of protesters last night have passion for our great country. We will all come together and be proud!</p>— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) <a href="https://twitter.com/realDonaldTrump/status/797034721075228672">11 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> A Miami, ils ont envahi une autoroute, bloquant le traffic. <p>Des manifestations similaires ont eu lieu à San Francisco, Portland, Atlanta, et Philadelphie.  <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/Rediff?src=hash">#Rediff</a> Manifestation contre Donald Trump à New York: «Nous n'avons pas peur de lui» <a href="https://t.co/2Za6mMa8bZ">https://t.co/2Za6mMa8bZ</a> <a href="https://t.co/HzkREHOglI">pic.twitter.com/HzkREHOglI</a></p>— 20 Minutes (@20Minutes) <a href="https://twitter.com/20Minutes/status/797278944546459648">12 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Le ton de Donald Trump est en train de changer radicalement. Fini celui, agressif, utilisé pendant la campagne. Sur l’Obamacare par exemple, la réforme de la santé, le républicain prévoit non plus de l’abroger mais de l’amender.</p> <p>Donald Trump donne aussi un coup d’accélérateur pour choisir son cabinet. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr"><span class="caps">SHORT</span> <span class="caps">LIST</span>: Trump to assemble cabinet from roster of loyalists <a href="https://t.co/hStBh5HpY3">https://t.co/hStBh5HpY3</a> <a href="https://t.co/G4V6BzeBIG">pic.twitter.com/G4V6BzeBIG</a></p>— Fox News (@FoxNews) <a href="https://twitter.com/FoxNews/status/797144786637586432">11 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Son vice-président Mike Pence est le directeur de son équipe de transition. Plusieurs des soutiens indéfectibles de Donald Trump y participent, comme Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York. Trois de ses enfants, Ivanka, Donald Jr et Eric y font aussi leur entrée.