Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'épingle à nourrice, petit symbole anti-Trump pour grosse colère

Access to the comments Discussion
Par Euronews
L'épingle à nourrice, petit symbole anti-Trump pour grosse colère

<p>“Pas mon président”! Le slogan continue de résonner dans les villes américaines, cinq jours après l‘élection de Donald Trump. Ils étaient 10 000 à New York, toujours rassemblés devant la Trump Tower. </p> <p>Le réalisateur Michael Moore a tenté, sans succès, d’y entrer pour rencontrer le futur président. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Il avait prédit son arrivée, il peut très bien prédire sa destitution…<a href="https://t.co/CbwJEA3DTP">https://t.co/CbwJEA3DTP</a></p>— Eoin Ãrman (@Eoin_Arman) <a href="https://twitter.com/Eoin_Arman/status/797603993442746368">13 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> La directrice de campagne de Donald Trump a répondu aux opposants : “Evidemment nous respectons le premier amendement, dit Kellyanne Conway, ils ont le droit de se rassembler et de s’exprimer. Mais si Trump avait perdu, comme tout le monde le prédisait, y compris les médias, et qu’il y avait des manifestations, on nous demanderait d’accepter les résultats pour une transition pacifique”. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">La plus grosse manifestation à ce jour à New York contre l'élection de Donald Trump. Plusieurs milliers de personnes <a href="https://t.co/JEg7G86sRt">pic.twitter.com/JEg7G86sRt</a></p>— Thomas Urbain (@ThomasUrbain1) <a href="https://twitter.com/ThomasUrbain1/status/797531406054420481">12 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Ils étaient 10 000 aussi à Los Angeles. Arborant une épingle à nourrice, devenue le symbole de la solidarité avec les minorités attaquées pendant la campagne.</p> <p>“Nous devons faire notre part, nous engager, écrire aux législateurs, c’est une première étape, dit Elly Jameson, 25 ans. Nous devons rester ensemble et partager notre chagrin c’est important.” </p> <p>Les bonnes intentions affichées ces derniers jours par Donald Trump ne suffisent pas à rassurer. Sa première longue interview télévisée diffusée ce dimanche sera sans nul doute très suivie.</p>