Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Gouvernement Trump : qui sont les favoris ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Gouvernement Trump : qui sont les favoris ?

<p>Qui composera le futur gouvernement de Donald Trump ? Près d’une semaine après l‘élection présidentielle américaine, <a href="http://www.nytimes.com/interactive/2016/us/politics/donald-trump-administration.html?_r=1">des noms circulent</a> avec insistance, notamment celui de l’ex-maire de New York, <strong>Rudolph Giuliani</strong>. Il est pressenti pour occuper le poste de ministre de la Justice, un département dans lequel il avait exercé sous la présidence Reagan.</p> <p><strong>Newt Gingrich</strong> pourrait, lui, succéder à John Kerry au Département d‘État, l‘équivalent du ministère des Affaires étrangères. Ancien président de la chambre des représentants, c’est une figure politique bien connue des Américains. </p> <p>L’ancien conseiller à la sécurité nationale de George W. Bush, <strong>Stephen Hadley</strong>, est lui annoncé au Pentagone, au poste de secrétaire de la Défense. Il pourrait être un partenaire-clé de l’<span class="caps">OTAN</span>, l’organisation envers laquelle Donald Trump s’est montré très critique durant sa campagne.</p> <p><strong>Sarah Palin</strong> est, elle, pressentie au poste de ministre de l’Intérieur. Ex-gouverneur de l’Alaksa, et ancienne égérie du mouvement utlra-conservateur “Tea Party”, elle est l’une des seules femmes à être annoncée à un poste ministériel.</p> <p>Autre nom, celui de <strong>Ben Carson</strong>, qui avait été candidat lors des primaires républicaines. Ancien neurochirurgien, il défend des thèses créationnistes et est qualfié d’“islamophobe” par ses détracteurs. Il pourrait être nommé à la Santé ou à l‘Éducation.</p> <p>Enfin <strong>Stephen Bannon</strong>, le directeur de campagne de Donald Trump a, lui, déjà été choisi comme “haut conseiller et chef de la stratégie”. Personnage controversé – il dirigeait l’agence de presse Breitbart News, accusée de relayer des propos racistes et antisémites – il est proche des mouvements d’extrême-droite européens.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">“The racist, fascist extreme right is represented footsteps from the Oval Office,” a Republican said of Steve Bannon <a href="https://t.co/mKi0FEo8QT">https://t.co/mKi0FEo8QT</a></p>— The New York Times (@nytimes) <a href="https://twitter.com/nytimes/status/798222224297697280">14 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>