DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Judo : champions de père en fils


Sport

Judo : champions de père en fils

Kirill Denisov réussit ses grands débuts dans sa nouvelle catégorie, celle des moins de 100 kilos. Le judoka russe y remporte le Grand Prix de Qingdao, en Chine, après avoir brillé pendant des années chez les moins de 90 kilos, où il fut deux fois champion d’Europe et quatre fois médaillé lors des Mondiaux. En finale, ce dimanche, Kirill Denisov réussit le mouvement du jour, un tani-otoshi pour ippon, au bout de 29 secondes face au Mongol Tsogtgerel Khutag.

Dans la famille Stewart, on connaissait déjà le père, Dennis, troisième des Jeux olympiques de Séoul en 1988. Il entraîne désormais son fils, Max, qui fait honneur à son statut de tête de série numéro 1 à Qingdao dans la catégorie des 90 kilos. Le jeune Britannique, 23 ans, remporte le premier Grand Prix de sa carrière en poussant à l’abandon son dernier adversaire, le Mongol Altanbagana Gantulga.

L’histoire se termine souvent de la même manière chez les lourds : si Teddy Riner est là, il s’impose, s’il est absent, un Japonais en profite. Nouvelle illustration ce dimanche avec le succès de Yusei Ogawa qui s’adjuge la finale contre le Russe Anton Krivobokov. Comme pour les Stewart, le judo est une affaire de famille pour les Ogawa puisque le père, Naoya, fut champion du monde à quatre reprises et vice-champion olympique à Barcelone en 1992.

Après le Grand Chelem de Tyumen, Rika Takayama gagne le Grand Prix de Qingdao. La Japonaise, 14ème mondiale, s’impose chez les moins de 78 kilos aux dépens de la Chinoise Kaili Zhang, novice à ce niveau de la compétition. Rika Takayama, qui est aussi vice-championne d’Asie, fait la différence au sol en concluant son combat sur une immobilisation.

Les Chinoises se montrent intraitables chez les plus de 78 kilos puisque trois d’entre elles montent sur le podium. En finale, la championne du monde Song Yu tient son rang contre sa compatriote Sisi Ma qu’elle bat pour la quatrième fois en six duels. Elle trouve la solution au bout de 2 minutes et 30 secondes avec un osoto-gari pour ippon.