DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Martin Schulz : 22 ans d'engagement politique européen


Allemagne

Martin Schulz : 22 ans d'engagement politique européen

Martin Schulz est l’un des visages les plus connus du Parlement européen, où il siège depuis 22 ans.

***Il est né le 20 décembre 1955 à Eschweiler, près d’Aix-La-Chapelle. Il a grandi à Hehlrath, localité d’Allemagne située à proximité de la frontière avec les Pays-Bas et la Belgique, non loin de Maastricht.
Après avoir été élève dans un lycée privé, il décide de vivre de sa passion pour les livres, il suit une formation et devient apprenti libraire. En 1982, il ouvre sa propre librairie à Würselen, toujours près d’Aix-La-Chapelle, en Rhénanie-du-Nord-Wesphalie. Il la tiendra pendant douze ans.

***C’est à 19 ans, que Martin Schulz affichait pour la première fois son envie politique en adhèrant au parti social-démocrate allemand (SPD).
Marié, père deux enfants, il attendra 31 ans pour se lancer véritablement et être élu le plus jeune maire jamais élu en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, poste qu’il occupe pendant onze ans, de 1987 à 1998.
Footballeur frustré par une blessure, il est aussi, aujourd’hui encore, fan du FC Cologne.

***En 1994, il fait ses premiers pas sur la scène européenne. Martin Schulz est élu député au Parlement européen, où il devient alors membre de plusieurs commissions, d’abord de la sous-commission “Droits de l’homme”, puis de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures.
Réélu à chaque nouvelle élection, en 1999, 2004 et 2009, il prend de plus en plus de poids politique.

***En 2000, il est déjà à la tête des députés du SPD au Parlement européen, puis est élu vice-président des députés socialistes au Parlement. Et, suite logique, en 2004, il est élu président du deuxième groupe le plus important du Parlement européen.

En tant que président des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, Martin Schulz a fait campagne pour la justice sociale et s’emploie à promouvoir l’emploi et la croissance, à réformer les marchés financiers, à lutter contre le changement climatique, à militer pour l‘égalité et à bâtir une Europe plus forte et plus démocratique explique le site web du parlement européen.

Pendant les élections européennes de 2009, Martin Schulz gagne en notoriété, après l’accord que passe son groupe afin de reconduire pour une deuxième mandature la commission Barroso.
Le représentant des Verts européens, Daniel Cohn-Bendit, et les libéraux menés par le Belge Guy Verhofstadt, le critiquent vertement, mais il a gain de cause, les sociaux-démocrates passent un accord pour réélire José Manuel Barroso au poste de président de la Commission européenne…

***Le 17 janvier 2012, conformément à un accord avec les conservateurs, il est désigné président du Parlement européen par 387 voix, pour un mandat de deux ans et demi. Il succède ainsi au député polonais du PPE Jerzy Buzek.

***En janvier 2014, le PSE, qui rassemble 32 partis socialistes de toute l’Union européenne, l’avait nommé candidat à la présidence de la Commission européenne. Mais il échoue face à Jean-Claude Juncker.

***Le 1er juillet 2014, il est finalement réélu à la tête du parlement par 409 voix, devenant ainsi le premier président de l’histoire du Parlement européen à exercer un second mandat. Il déclare que c’est là que réside “le coeur de la démocratie européenne”.

***Martin Schulz est également membre d’Europa-Union Deutschland, la section allemande de l’Union des fédéralistes européens.

Les anicroches de sa présidence

Pendant sa présidence du Parlement européen, Martin Schulz a eu plusieurs fois maille à partir avec d’autres eurodéputés et représentants politiques.

-En 2003, alors qu’il accuse Silvio Berlusconi de brider la justice de son pays, l’homme politique italien déclare : “je sais qu’en Italie il y a un producteur qui est en train de monter un film sur les camps de concentration nazis. Je vous proposerai pour le rôle de Kapo…”

-En 2009, Martin Schulz, entre autres, empêche Jean-Marie Le Pen de présider la séance inaugurale du parlement comme le veut sa qualité de doyen d‘âge de l’hémicycle, ce qui lui vaut un : “Monsieur Schulz est un monsieur qui a la tête de Lénine et parle comme Hitler”.

-En 2010, Daniel Cohn-Bendit, lors d’un discours virulent contre José Manuel Durao Barroso, lancera aussi “Ta gueule” à Martin Schultz qui était en train de perturber son intervention.

-Le 24 novembre 2010, Martin Schulz a été traité de “undemocratic fascist” par Godfrey Bloom, député de l’UKIP, lequel a aussitôt été prié de quitter la salle par le président de séance.

-En décembre 2015, il avait comparé les premières mesures du nouveau gouvernement polonais de Beata Szydło à un “coup d’Etat”, suscitant l’indignation de cette dernière qui avait demandé des excuses pour la Pologne.