DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Présentation de trois films grecs à Thessalonique


cinema

Présentation de trois films grecs à Thessalonique

En partenariat avec

Au festival du film de Thessalonique on voit des films grecs. Une quinzaine d’entre eux en ont profité pour faire leur première dans ce pays (même si certains ont déjà écumé les festivals à l‘étranger)
Parmi eux le film de Yannis Sakaridis “America Square”. Le film suit trois parcours autour de cette place d’Athènes.

Yannis Sakaridis : “Je suis à la recherche d’une forme de cinéma qui a quelqueAu festival du film de Thessalonique on voit des films grecs. Une quinzaine d’entre eux en ont profité pour faire leur première grecque (même si certains ont déjà écumé les festivals à l‘étranger). chose à voir avec le nouveau néo réalisme. J’ai toujours adoré l’humour et une petite dose de lyrisme au cinéma. Je n’aime pas les films qui sont des mélodrames et qui évidemment abordent des problèmes très émotionnels.”

«Afterlov» est une histoire d’après amour entre deux personnes qui refusent de grandir. Nikos est une musicien sans le sou qui garde une villa pendant l‘été. Il en profite pour inviter pendant un week end son ex Sofia pour chercher à savoir pourquoi cela n’a pas marché entre eux.

Un film primé à Locarno et réalisé par Stergios Paschos : “C’est un film très drôle. Notamment dans sa première partie. Après graduellement il se transforme en autre chose. Je décrirais ce film ainsi : on commence par marcher dans la campagne, il faut beau. On marche, on parle et on ne voit pas le temps passer. Ensuite vient la nuit, il pleut et on se retrouve sans le vouloir dans une forêt hostile et noire.”

Tout comme “Afterlov”, “Park” est un premier film réalisé par Sofia Exarchou. Un film sur le passage à l‘âge adulte.

On suit un groupe d’ado qui erre dans les ruines du village olympique d’Athènes. Sofia Exarchou : “L’ironie et le paradoxe c’est que cet événement n’a duré qu’une dizaine de jours. Ce n’est qu’un spectacle. Personne ne sait ou ne veut savoir ce qui est laissé ensuite quand les jeux olympiques sont terminés. C’est la question que je pose. Cela m’a amené à écrire le scénario de ce film, m’a inspiré. Je voulais montrer tous ceux qui sont laissés pour compte et ce à quoi ressemble aujourd’hui le village olympique grec plus de 10 ans après les jeux. C’est assez déconcertant quand on regarde le film.”

«Park» a été présenté à Toronto et au festival du film de Saint Sébastien où il reçu le prix du meilleur premier film.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

"Toni Erdmann" arrive sur les écrans