Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Fidel Castro, un modèle révolutionnaire pour l'Amérique Latine

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Fidel Castro, un modèle révolutionnaire pour l'Amérique Latine

<p>En Amérique Latine, Fidel Castro aura montré la voie, celle de l’anti-impérialisme américain. Son régime avait une vocation internationaliste. Il a laissé l’image d’un défenseur des peuples opprimés par des puissances étrangères, aussi en Afrique. En Amérique Latine, il était un modèle pour tous les gouvernements de gauche. </p> <p>“Fidel Castro est un grand maître de principes et de valeurs, un maître des révolutionnaires, sa lutte n‘était pas seulement pour le peuple cubain, ni même le peuple latino-américain, la lutte de Fidel a profité à tous les peuples du monde qui luttent pour leur libération”, a déclaré Evo Morales, le président bolivien.</p> <p>Les gouvernements actuels en Bolivie, en Equateur et au Vénézuéla se réclament de l’héritage de Fidel Castro. Anti-libéralistes, ces régimes ont voulu donner un rôle central à l‘état.</p> <p>“Le Commandant a rempli sa mission, a ouvert des voies, des voies qui ont inspiré beaucoup de ceux qui veulent une Amérique Latine plus juste, plus équitable, plus égalitaire, mais aussi plus digne et plus souveraine et Cuba est exemplaire en matière de souveraineté et de dignité. Et c’est surtout grâce à notre commandant éternel, Fidel Castro Ruz”, a déclaré le président équatorien Rafael Correa. </p> <p>Le Vénézuéla, qui traverse une grave crise économique, est le principal partenaire commercial de Cuba. Les deux régimes entretiennent des liens très proches.</p> <p>“Nos pensées vont au peuple noble de Cuba, un peuple héroïque, courageux, qui pendant toutes ces années a acquis une identité propre de rébellion, de ‘cubanité’, d’amour pour les siens et pour l’humanité, c’est le grand leg du commandant Fidel Castro”, estime le chef d’Etat vénézuélien Nicolas Maduro</p> <p>Le président de droite colombien, Juan Manuel Santos, a aussi rendu hommage au leader cubain.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">Fidel Castro reconoció al final de sus días que la lucha armada no era el camino. Contribuyó así a poner fin al conflicto colombiano.</p>— Juan Manuel Santos (@JuanManSantos) <a href="https://twitter.com/JuanManSantos/status/802514882910425089">26 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p><em>Fidel Castro a reconnu à la fin de ses jours que la lutte armée n‘était pas la solution. Et donc il a offert son aide pour mettre fin au conflit colombien</em></p> <p>La Havane a été le siège du dialogue de paix, offrant des garanties de sécurité aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie. Les efforts de Fidel et Raul Castro auraient été déterminants.</p> <p>En Amérique Latine, Fidel Castro est une icône. Le footballeur argentin Diego Maradona a suivi à Cuba une cure de désintoxication, pendant plusieurs années. Il a eu l’occasion d’y connaître le leader cubain.</p> <p>“J’ai beaucoup pleuré parce qu’il a été comme mon deuxième père, parce qu’il m’a beaucoup parlé de la drogue, de rétablissement, il m’a dit que oui, que c‘était possible et j’ai réussi”, a-t-il confié aux journalistes qui lui demandaient sa réaction au décès de Fidel Castro.</p>