DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Speed : le sacre de Nico Rosberg


speed

Speed : le sacre de Nico Rosberg

Bonjour et bienvenue dans Speed. Nous avons dû attendre la dernière course de la saison pour connaître le nom du nouveau champion du monde de Formule 1, mais cela ne signifie pas qu’il y a eu une course excitante. Comme prévu, Lewis Hamilton a gagné le Grand Prix d’Abu Dhabi, Nico Rosberg a fini deuxième et a conquis son premier titre mondial.

Une troisième place lui aurait suffi, Nico Rosberg a donc fait mieux en terminant deuxième sur le circuit de Yas Marina. Lewis Hamilton, l’auteur de la pole position, a fait la course en tête de bout en bout et a tenté le tout pour le tout dans les derniers des 55 tours en ralentissant volontairement malgré les consignes données par son écurie.

Il espérait ainsi que Sebastian Vettel et Max Verstappen, finalement troisième et quatrième, puissent doubler son coéquipier chez Mercedes et lui offrir ainsi son quatrième titre mondial. Peine perdue : Nico Rosberg a gardé ses nerfs et sa deuxième place à l’issue de ce qui était le dernier Grand Prix de Felipe Massa et de Jenson Button.

Au nom du père

34 ans après le sacre de Keke Rosberg, Nico a marché dans les pas de son père en étant à son tour couronné. La famille Rosberg est la deuxième à compter sans ses rangs deux champions du monde de Formule 1 après les Hill, Graham et Damon.

Père finlandais, mère allemande, résidence monégasque, Nico Rosberg incarne à lui seul la mondialisation de la Formule 1. Ce polyglotte aux allures de gendre idéal aura dû attendre sa onzième saison dans la discipline avant de toucher le Graal.

Après des débuts prometteurs chez Williams, il rejoint Mercedes en 2010, mais y subit la domination de Lewis Hamilton en terminant vice-champion du monde derrière son coéquipier en 2014 et en 2015. 2016 est donc l’année de sa consécration : il y a remporté neuf Grands Prix, dont les quatre premiers de la saison.

Quel avenir pour Ogier ?

La saison 2016 est terminée et Nico Rosberg n’est pas le seul pilote qui a de bonnes raisons de faire la fête. Dans le championnat du monde des rallyes, il y avait un grandissime favori et il n’a pas déçu. Comme d’habitude, le quatrième titre de Sébastien Ogier s’est apparenté à une promenade de santé.

Sébastien Ogier a pris les commandes du championnat dès le mois de janvier en remportant le rallye de Monte-Carlo et il ne les a plus lâchées jusqu‘à la fin de l’année. Le natif de Gap a gagné six des quatorze courses au programme pour s’adjuger son quatrième mondial au volant de sa Polo.

Problème : Volkswagen va se retirer l’an prochain et on ne sait pas encore si Sébastien Ogier changera d‘écurie, s’il se lancera dans une nouvelle discipline ou s’il prendra une année sabbatique.

Marc Marquez, la triple couronne

En moto GP, pour la première fois, il y a eu neuf vainqueurs différents au cours de la saison. Malgré cela, le troisième titre mondial de Marc Marquez n’a jamais fait, ou presque, le moindre doute.

Marc Marquez n’a que 23 ans, mais déjà cinq titres mondiaux à son palmarès, dont trois en moto GP. Le prodige espagnol domine la saison 2016 sur sa Honda et s’assure mathématiquement d’une nouvelle couronne au Japon alors qu’il reste encore à ce moment-là trois Grands Prix à disputer.

Le vétéran italien Valentino Rossi doit se contenter du titre honorifique de vice-champion du monde. Alors que Jorge Lorenzo, qui était son coéquipier chez Yamaha et qui va maintenant piloter pour Ducati, termine troisième du classement final.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

speed

Speed : Hamilton met la pression sur Rosberg