DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Présidentielle en Autriche : mode d'emploi


monde

Présidentielle en Autriche : mode d'emploi

L’Autriche vote de nouveau le 4 décembre prochain pour choisir un nouveau président. La précédente élection avait été annulé pour vices de forme.

Quels candidats ?

Norbert Hofer, 45 ans, ex-ingénieur en aéronautique, il est le candidat du FPÖ, le Parti de la liberté, un parti populiste d’extrême droite.

Face à lui, Alexander Van der Bellen, un candidat écologiste de 72 ans,professeur d‘économie à la retraite.

Les derniers sondages donnent les deux hommes au coude-à-coude.

Déja-vu?

Effectivement. Le 22 mai dernier Alexander Van der Bellen, soutenu par les Verts, l’avait emporté de justesse, avec 31 000 voix de plus que son adversaire d’extrême-droite. Mais le scrutin avait été annulé à la surprise générale, le FPÖ ayant réussi à faire valoir des irrégularités de procédure.

Les enjeux

Norbert Hofer a focalisé sa campagne sur la crise migratoire qui affecte l’UE. Il a aussi déclaré que s’il était au pouvoir il convoquerait un référendum sur une sortie de l’UE si la Turquie rejoignait l’Union ou si Bruxelles tentait de centraliser davantage le pouvoir. Il dit vouloir tisser des liens plus forts avec les voisins d’Europe centrale et orientale, en premier lieu la Russie.

Van der Bellen a appelé à une meilleure politique d’intégration des migrants. Sur l’Europe, il souligne l’importance des relations entre l’Autriche et son principal partenaire économique l’Allemagne.

“Öxit” ?

Plusieurs personnalités conservatrices autrichiennes ont appelé dans un “manifeste” publié samedi à barrer la route à M. Hofer à la présidentielle, évoquant notamment le spectre d’un “Öxit”, en référence au Brexit.

Le candidat du FPÖ a dénoncé un discours “alarmiste”. “Il n’y aura pas d‘Öxit’”, a-t-il déclaré, lors d’un débat télévisé une semaine avant le vote. “J’ai répété à plusieurs reprises que je voulais un développement positif de l’UE”, a-t-il dit.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les condoléances de Kim Jong-Un à Cuba