DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La présidentielle de 2017, sans François Hollande


France

La présidentielle de 2017, sans François Hollande

La presse française consacre logiquement sa Une au coup de tonnerre politique de jeudi : “la fin” annoncée du mandat de François Hollande, comme le titre Le Figaro.
Libération se met à la place du président sortant. Ce sera “sans moi”, souligne avec malice le quotidien.

Il est un peu plus de 20 jeudi soir lorsque François Hollande rend public sa décision : “Aujourd’hui, je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle, aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat à l‘élection presidentielle.”

Passé l’effet de surprise, tous les regards se tournent désormais vers le Premier ministre français. Manuel Valls qui n’a pas fait mystère de son envie de reprendre le flambeau.

Mais rien n’est joué. L’ancien ministre de l‘économie Emmanuel Macron occupe déjà le terrain.

Manuel Valls devra surtout affronter les candidats de la primaire socialiste dont son ancien ministre Arnaud Montebourg, donné favori.

Tout en défendant son bilan, François Hollande s’en est surtout pris aux deux candidats de la droite et de l’extrême droite, en tête des sondages.

Le projet de François Fillon “met en cause notre modèle social”, estime Hollande. Quant à Marine Le Pen, son programme conduirait la France “au désastre”, dit-il.

Ne reste plus qu’aux socialistes à trouver le bon candidat et le bon logiciel pour convaincre les Français.

Le dépôt des candidatures de la primaire de la gauche a débuté le 1er décembre. C’est le jour qu‘à précisément choisi François Hollande pour se retirer de la compétition.

Avec Agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le clown d'Alep mort sous les bombes