DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

EuroSkills : les métiers ont leurs championnats d'Europe


focus

EuroSkills : les métiers ont leurs championnats d'Europe

Quelque 450 jeunes venus d’une trentaine de pays viennent de participer à Göteborg en Suède au championnat européen des métiers manuels et techniques : Euroskills. En quoi ont consisté ces Olympiades ? C’est ce que nous découvrons dans cette édition de Focus.

C’est une compétition digne des Jeux olympiques, mais elle est réservée aux jeunes de moins de 25 ans qui excellent dans les métiers manuels et techniques.Les cinquièmes EuroSkills viennent de se tenir à Göteborg en Suède avec la participation de champions venus d’une trentaine de pays en Europe.

“Nous avons 492 compétiteurs qui sont engagés dans 42 catégories professionnelles, précise Hubert Romer, président de WorldSkills Europe. Ils doivent se mesurer aux autres dans leur domaine d’activité, ce qui veut dire qu’ils ont une tâche à réaliser,” indique-t-il.

Les plus représentés lors de l‘évènement, ce sont les Russes. Or cela fait à peine quatre ans que leur pays a rejoint cette compétition européenne qui existe aussi au niveau mondial. “L’ensemble de l’Europe voit dans ces championnats européens, une étape très importante pour préparer les rencontres mondiales prévues à Abu Dhabi en 2017, puis dans la ville russe de Kazan en 2019, explique Robert Urazov, directeur général de WorldSkills Russie. C’est aussi l’opportunité pour les concurrents, de recueillir le plus d’informations possible et d’acquérir un maximum de nouvelles compétences,” poursuit-il.

Concentration maximale

La compétition se déroule selon des règles strictes. Le savoir-faire compte, mais la rapidité d’exécution aussi. Le mot d’ordre, c’est la concentration. Les compétiteurs n’ont pas le droit de parler pendant les épreuves, avec les journalistes ou avec leurs supporters. Sinon, c’est la disqualification. “Il y a beaucoup de stress parce que les gens passent à côté des stands, les experts nous observent et cela nous met beaucoup de pression, explique Mihail Uhankin, concurrent carreleur. Par moments, c’est difficile de travailler, donc j’essaie de les ignorer, de me concentrer et simplement de faire les choses dans le calme.”

Dans chaque catégorie professionnelle, des juges hautement qualifiés scrutent les faits et gestes des concurrents. Les critères d‘évaluation varient selon les métiers, mais ce qui ne change pas, c’est l’attention au moindre détail.

“On vérifie si la longueur de la brique est correcte, décrit Kai-Uwe Holtschmidt, expert en construction, on regarde si on a la bonne hauteur ; est-ce que tous les joints ont été faits comme il faut ?” dit-il.

Dans le domaine de l’hôtellerie, le défi à relever est de réagir au mieux face à une cliente ivre. Autre ambiance dans les soins esthétiques où la qualité de l’accueil et du service est aussi appréciée.

Plus de chances de décrocher un emploi

Dans tous ses métiers, on teste aussi le niveau d’anglais des concurrents. Certains suivent des cours intensifs avant de disputer ces championnats. “EuroSkills pour moi, confie Alina Trebnikova, participante esthéticienne, c’est une occasion de plus d’apprendre, d’avoir un échange d’expérience avec les participants, toutes les filles ici sont très douées, donc il y a des choses à apprendre de chacune.”

Grâce à la mention EuroSkills sur leur CV, les participants ont de meilleures chances de décrocher un emploi, et encore plus quand ils remportent des médailles. Le français Julien Baton a décroché le bronze dans sa catégorie. “Depuis l‘âge de huit ans, raconte-t-il, je taille chez moi sur des caillous qui traînent dans la grange de mes parents et maintenant, c’est devenu une passion, on est tombé amoureux, la pierre et moi.”

Sur trois jours, EuroSkills a attiré quelque 70.000 visiteurs dont de nombreux recruteurs en quête des meilleurs profils. ‘‘On peut dire que les concurrents – s’ils gagnent ici – ont gagné trois ans d’avance au niveau technique,” affirme Simon Bartley, président de WorldSkills International. L‘équipe russe par exemple a remporté cinq médailles – deux en or, deux en argent et une en bronze. Mais le plus grand nombre de récompenses revient à l’Autriche cette année.

focus

Women's Forum de Deauville : quand l'économie se met au partage