DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nicosie, la ville où il est possible de voyager dans le temps


Chypre

Nicosie, la ville où il est possible de voyager dans le temps

Nous avons tous en tête l’immensité de la Russie et des Etats-Unis et de leurs multiples fuseaux horaires. Mais imaginer que l’île de Chypre puisse être divisée en deux zones horaires semble incongru. Pourtant c’est une réalité, l’une des dernières conséquences de l’histoire tumultueuse de ce territoire. Alors que les habitants de la partie sud, la République de Chypre, membre de l’Union européenne depuis 2004 sont passés à l’heure d’hiver le 30 octobre dernier, leurs homologues de la partie nord, la République turque de Chypre du Nord (RTCN, uniquement reconnue par la Turquie), ne sont pas restés une heure de plus au lit. Une situation ubuesque, spécialement à Nicosie, la capitale des deux entités.

Depuis 1974, Nicosie est divisée en deux parties par la fameuse ligne verte. Si depuis quelques années, le passage entre les deux zones de la ville est beaucoup plus aisé, le quotidien de ses habitants n’en reste pas moins compliqué. De nombreux check points continuent à rythmer la vie de la population. Mais à l’image de la réouverture de la rue Ledra en 2008, le long chemin vers la réunification de l’île est en marche. Une marche, qui certes, emprunte des chemins tortueux.

Un pas dans le futur… ou bien dans le passé ?

Retour rue Ledra. Vous êtes dans la partie sud de cette artère commerçante. Puis après quelques mètres vous voici dans la partie nord. En quelques secondes, vous êtes projetés une heure plus tard. Et retour vers le passé dans l’autre sens. Cette situation résulte de la décision prise par les autorités de la zone nord de l‘île, la partie turque, de ne pas passer à l’heure d’hiver, suivant ainsi l’exemple de la Turquie qui en en septembre dernier avait adopté un décret pour « utiliser plus la lumière du jour ».

Le président de la RTCN, Mustafa Akinci a défendu cette décision, en arguant qu’elle n‘était pas motivée par des raisons politiques, mais plutôt par des raisons pratiques, car de nombreux secteurs (aériens, bancaires, affaires) de la zone nord de Chypre sont liés à la Turquie.

Si dans un premier temps de nombreux habitants de Nicosie se sont amusés à faire des voyages dans le temps, la situation n’est pas sans désagréments. Les habitants de la partie turque de la ville, ont dû par exemple faire face au passage automatique de nombreux appareils à l’heure d’hiver. Mais ce n’est là qu’un moindre mal.

Un accident de la route survenu le 29 novembre dernier dans le nord de l’ile a créé un fort mouvement de protestation chez les Chypriotes turcs. La raison : 7h30, l’heure à laquelle cette tragédie est survenue. Pratiquement 2 000 personnes ont manifesté pour crier leur colère et affirmer que l’accident qui a causé la mort de trois personnes, dont deux écolières, n’aurait pas pu se produire dans le sud de l’île où il était 6h30. L’obscurité, conjuguée au mauvais état des routes, était, selon les manifestants, bien trop grande.

Le passage en 2017 fêté deux fois… en une heure

Une famille vivant de part et d’autre de la frontière est à l’origine d’une initiative visant à protester contre « l’idiotie » de cette « division temporelle ». Plusieurs membres de cette famille ont ainsi lancé « Deux fuseaux horaires pour un Réveillon du jour de l’an ». Ils ont prévu de fêter le passage à la nouvelle année à Nicosie d’abord dans la partie turque de la ville puis dans, à nouveau, dans la partie sud. Et bien sûr, ils ont mis sur pied une campagne pour inviter un maximum de personne à les rejoindre pour « protester pacifiquement ».

La réunification de Chypre, bientôt une réalité ?

Les négociations visant à réunifier l’île étaient dans l’impasse, depuis l’échec d’une réunion entre les différentes parties en novembre dernier. Mais dirigeants chypriotes grec et turc sont tombés d’accord le 1er décembre dernier pour revenir à la table des négociations.

Une rencontre est prévue à nouveau en Suisse, à Genève, le 9 janvier prochain sous l’égide des Nations unies. Les dirigeants des deux entités se sont engagés à présenter des cartes présentant un futur Etat confédéral. Puis toujours sur les bords du Léman, une conférence internationale sera ensuite organisée, le 12 janvier, où seront également représentés la Grèce, la Turquie et le Royaume-Uni, les pays garants de la sécurité de l’île.

Chypre est divisée, depuis l’invasion en 1974 de sa partie nord par l’armée turque. Cette action militaire avait été lancée en réaction au coup d’Etat, fomenté par le régime des colonels en pleine déliquescence à Athènes. Leur objectif était de rattacher l’île à la Grèce. Toutes les différentes tentatives des Nations unies en vue de la réunification de l‘île ont jusqu’ici échoué. L’ONU est également en charge du contrôle de la zone démilitarisée, la ligne verte, où sont déployés des Casques bleus.

François Hollande lance un message de tolérance depuis le Louvre d’Abou Dhabi

Monde

François Hollande lance un message de tolérance depuis le Louvre d’Abou Dhabi