DERNIERE MINUTE

Les technologies clés génériques comme les nanotechnologies, la nanoélectronique ou encore les matériaux avancés sont les futurs moteurs de l’innovation et de la compétitivité en Europe. Comment certains entrepreneurs se saisissent de ces nouvelles technologies et les transforment en opportunités de business ? C’est ce que nous découvrons à Bratislava en Slovaquie lors de l’Assemblée PME 2016.

Technologies clés génériques

  • Les technologies clés génériques (TCG) correspondent à six grands secteurs technologiques que sont les micro- et nanotechnologies, la biotechnologie industrielle, les matériaux avancés, la photonique et les technologies de fabrication avancées. Elles sont essentielles au développement de produits, procédés et services innovants et favorisent la croissance, la création d’emplois et des retombées positives pour la société.
  • Ces technologies sont importantes pour l‘économie de l’Union européenne : les produits qui leur sont en grande partie associés représentent 19% de la production totale dans l’Union et leur conception représente 3,3 millions d’emplois (soit 11% des emplois dans la production au sein dans l’Union) d’après la Commission européenne.
  • Elles jouent aussi un grand rôle dans l‘économie de la Slovaquie. Ce pays fait partie des dix nations de l’UE qui comptent le plus d’actifs dans les domaines de la micro- et nano-électronique, des nanotechnologies et des matériaux avancées (source : Commission européenne). La Slovaquie est aux côtés de l’Allemagne et de l’Irlande dans le top 3 des pays de l’UE qui sont les plus actifs dans le domaine des TCG. C’est chez elle que leur utilisation est la plus répandue. Elles occupent ainsi une place très importante dans l’ensemble des activités industrielles du pays (source : Commission européenne).
  • On assiste à une fusion croissante des technologies de l’information et de la communication et des technologies clés génériques : leur rapprochement offre un énorme potentiel de transformation et donne l’opportunité de créer toute une variété de nouvelles applications.

Liens utiles

À Bratislava, l’Assemblée PME 2016, conférence annuelle organisée dans le cadre de la Semaine européenne des petites et moyennes entreprises, est une occasion pour nous de nous intéresser à l’un des moteurs de l’innovation et de la compétitivité en Europe : à savoir les technologies clés génériques (TCG). Parmi elles, il y a les nanotechnologies, la nanoélectronique ou encore les matériaux avancés.

Ivan Kühn, directeur commercial au sein de l’entreprise slovaque de cybersécurité Disig, présent lors de l’Assemblée, nous dit en quoi ces technologies sont importantes pour lui : “La cyber-sécurité est un sujet brûlant, et pas seulement en Slovaquie ! Nous sommes à la recherche de technologies qui nous aident à donner à nos produits un plus haut niveau de sécurité,” affirme-t-il.

Les plus petits capteurs du monde

Partons à Kosice pour découvrir une illustration concrète du potentiel de ces technologies. C’est dans cette ville, la deuxième de Slovaquie, qu’est née une technologie unique au monde : de petits fils magnétiques qui ne font pas plus de 0,03 mm de diamètre sont tout simplement les plus petits capteurs du monde. Ils sont indestructibles, résistent à des températures extrêmes entre -273° et +600°. Ils sont utilisés ou utilisables dans quasiment tous les secteurs comme la construction, les transports, l’informatique et même la médecine où cette technologie pourrait bien apporter des solutions nouvelles.

“Ce qu’on n’arrive pas à faire aujourd’hui avec les technologies actuelles, indique Rastislav Varga, fondateur de la société à l’origine de cette innovation RVmagnetics, c’est mesurer la température et la pression interne dans le crâne humain. Mais on peut le faire en plaçant nos fils microscopiques sur le dessus d’un implant et en les mesurant avec un appareil acoustique,” assure-t-il.

Il a fallu 20 ans à Rastislav Varga pour développer cette technologie et la mettre sur le marché. Le plus gros challenge a été de trouver des investisseurs pour lancer sa PME, mais pas forcément de les convaincre. En effet, ce produit a l’avantage de posséder une très haute valeur ajoutée. Un argument imparable. “Avec un gramme de fer qui coûte moins de 16 cents, on peut produire 100.000 capteurs en moins de 10 minutes,” précise le fondateur de l’entreprise.

De nouvelles opportunités commerciales

À l’Assemblée PME 2016, nous poursuivons notre entretien avec Ivan Kühn dont la société travaille justement avec RVmagnetics.

Comme le fait remarquer notre reporter Serge Rombi, “ce qui est intéressant, c’est que vous travaillez avec cette entreprise et qu’il y a un vrai mix entre ces technologies clés génériques et vos technologies qui sont celles de l’information de la communication.”

Ivan Kühn confirme : “On a lancé ensemble un projet de recherche interne pour développer des codes indéchiffrables et induplicables qui nous seront utiles pour de nouveaux produits et de nouvelles opportunités commerciales.”

L’essor des objets connectés passera aussi par le développement des technologies clés génériques. Sachez qu’il existe un peu partout en Europe, des dizaines de centres mis en place par la Commission européenne, pour vous aider en tant qu’entrepreneurs, à accéder à ces technologies.