DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Alep : suspension des opérations militaires et évacuations


Syrie

Alep : suspension des opérations militaires et évacuations

Les rebelles et les civils qui le souhaitent attendaient d‘être évacués d’Alep aux termes d’un accord conclu mardi, une opération qui marquera la fin de plus de quatre ans de rébellion face au régime dans cette deuxième ville de Syrie.

Une vingtaine de bus stationnaient en fin de soirée à l’extérieur du quartier de Salaheddine, où se trouvent encore des rebelles, selon des correspondants de l’AFP. Six bus sont brièvement entrés dans le quartier avant d’en ressortir, vides. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé que les évacuations devaient commencer mercredi à 05H00.

Sur le terrain, les armes se sont tues depuis le milieu de l’après-midi après quatre semaines de bombardements intenses sur les quartiers tenus par les insurgés dans la partie orientale d’Alep, selon une journaliste de l’AFP et l’OSDH.

L’accord d‘évacuation a été annoncé par des groupes rebelles et confirmé par la Russie et la Turquie, parrains respectifs du régime de Bachar al-Assad et de l’opposition, après un tollé international suscité par des atrocités qui auraient été commises contre les civils dans les quartiers repris par l’armée.

Des milliers de personnes restent assiégées dans les derniers quartiers rebelles d’Alep en passe de tomber aux mains du régime qui remportera ainsi sa plus grande victoire depuis le début du conflit en Syrie en 2011.
Selon un responsable d’un influent groupe rebelle à Alep, l’accord visant à évacuer “les habitants et les rebelles avec leurs armes légères des quartiers assiégés“, a été conclu “sous la houlette de la Russie et de la Turquie”.

Les blessés et les civils seront évacués“ en premier puis suivront les rebelles, a déclaré à l’AFP Yasser al-Youssef, du groupe Noureddine al-Zinki. En sortant, “ils choisiront de se rendre soit dans l’ouest de la province d’Alep ou vers la province d’Idleb (nord-ouest)“, des régions sous contrôle rebelle.

Avec agence (AFP)

Pologne : 35 ans après, chacun veut récupérer politiquement l'état de siège communiste

Pologne

Pologne : 35 ans après, chacun veut récupérer politiquement l'état de siège communiste