DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rex Tillerson, un ami de Poutine nommé chef de la diplomatie américaine


Etats-Unis

Rex Tillerson, un ami de Poutine nommé chef de la diplomatie américaine

Rex Tillerson, patron du géant pétrolier américain ExxonMobil depuis dix ans, va succéder à John Kerry au poste prestigieux de chef de la diplomatie américaine. Le président élu Donald Trump l’a annoncé le mardi 13 décembre. Cela tombe bien car Tillerson devait prendre sa retraite. Et ce choix n’est pas innocent, il vise à améliorer les relations entre les Etats-Unis et la Russie, qui sont loin d‘être au beau fixe, notamment à cause des fortes tensions sur le conflit syrien.

“J’ai choisi l’un des meilleurs patrons du monde (…) comme secrétaire d’Etat”, c’est l’annonce faite par Donald Trump sur son compte Twitter


“En tant que secrétaire d’Etat, il sera un avocat ferme et lucide des intérêts nationaux vitaux de l’Amérique”, a ajouté le nouveau président américain dans un communiqué. “Il aidera à changer des années de mauvaise politique étrangère et d’actions qui ont affaibli la sécurité et la place de l’Amérique dans le monde”.

Rex Tillerson, un Texan âgé de 64 ans, entretient de bonnes relations avec Vladimir Poutine, pour les affaires mais aussi à titre personnel. En 2011, l’amitié entre les deux hommes a été renforcée par l’accord historique signé entre l’entreprise publique russe Rosneft et ExxonMobil pour une exploration commune en Arctique et en Sibérie. En 2013, en remerciement des “services rendus”, le président russe a remis au capitaine d’industrie américaine la décoration de l’ordre de l’Amitié de la Fédération de Russie.

Une amitié qui passe mal

Les contacts amicaux entre Tillerson et Poutine sont extrêmement controversés et mal vus aux Etats-Unis, y compris dans le camp républicain de Trump. Le sénateur John McCain n’a pas mâché ses mots lors de sa première réaction : selon lui, Poutine est “un voyou et un assassin”. “Je ne vois pas comment on peut être l’ami d’un ancien agent du KGB”, a dénoncé John McCain.

La complicité du futur chef de la diplomatie américaine avec le président russe risque de lui mettre des bâtons dans les roues quand le Congrès devra confirmer sa nomination. La Russie est soupçonnée d’avoir interféré dans l‘élection présidentielle américaine en faveur de Donald Trump. Et puis, le conflit d’intérêt guette Rex Tillerson : il a passé plus de quarante ans au sein de la multinationale ExxonMobil, il en est même un actionnaire à hauteur de 150 millions de dollars.

Rex Tillerson vient compléter la liste des principaux collaborateurs de Donald Trump :