DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La bataille d'Alep vit ses dernières heures

L'armée de Bachar Al-Assad est sur le point de conquérir les dernières zones de la ville encore tenues par les rebelles.

Vous lisez:

La bataille d'Alep vit ses dernières heures

Taille du texte Aa Aa

Combien de temps vont encore pouvoir tenir les rebelles à Alep ? Pas longtemps à en croire les déclarations de l’armée syrienne qui affirme pouvoir annoncer la reprise totale de la ville à tout instant.

La bataille d’Alep vit donc ses dernières heures. Les tout derniers combats font actuellement rage autour de quatre zones : Sukkari, Seif al-Dawla, Amiriya et Tel Al -Zarazir.

Les rebelles comme les derniers civils se retrouvent pris au piège. Et leur situation inquiète une grande partie de la communauté internationale. “Alep est dans une situation d’urgence absolue : environ 100.000 personnes sont encore piégées sur un territoire de 5 km carrés“, a déclaré à l’AFP la présidente de Médecins du Monde, Dr Françoise Sivignon, appelant à sauver les civils de cet “enfer”.

Des “atrocités” dénoncées à Alep

Le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville, a fait état “d’informations indiquant que des forces progouvernementales avaient tué au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants“ dans des quartiers de la ville septentrionale. “Des forces progouvernementales ont pénétré dans des habitations et tué les civils qui s’y trouvaient, y compris les femmes et les enfants“, a-t-il dit en évoquant également des dizaines de civils “abattus par balles” sur une place. Le chef du groupe de travail sur l’aide humanitaire en Syrie, Jan Egeland, a également dénoncé “les atrocités commises par les milices victorieuses à Alep”.

Ce mardi, un accord sur une évacuation des civils et des insurgés d’Alep a été conclu. Il devrait entrer en vigueur au cours des prochaines heures.

La reprise totale d’Alep, divisée depuis 2012, va permettre au régime de contrôler les cinq plus grandes villes de Syrie, avec Homs, Hama, Damas et Lattaquié. Un revirement qui n’aurait pas été possible sans le précieux soutien de Moscou, allié indéfectible de Damas.

En quatre semaines, l’offensive a coûté la vie à plus de 463 civils à Alep-Est selon l’OSDH, tandis que 130 civils étaient tués par des tirs rebelles dans l’ouest d’Alep. Plus de 130.000 civils ont fui les quartiers Est.

Le conflit en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 310.000 morts et jeté hors de leurs foyers plus de la moitié de la population.

Avec agences (AFP, Reuters)