DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Océans : mais que deviennent les micro particules de plastique ?


Sci-tech

Océans : mais que deviennent les micro particules de plastique ?

En partenariat avec

Chaque année des milliers de tonnes de plastiques rejoignent les océans…

Une équipe de chercheurs a réuni des données pour mieux comprendre les routes que suivent ces déchets. Plastic change une ONG basée au Danemark veut développer la prise de conscience par rapport à cette pollution.

Kristian Syberg : “Une des raisons pour lesquelles nous faisons cette recherche c’est que nous voulons apporter une réponse à cette question : où se trouve tout le plastique que l’on devrait trouver à la surface des océans ? Donc au cours des dernières décennies nous avons exposé nos océans à un volume imposant de plastique. Et nos estimations sont relativement correctes. Et pourtant on ne peut trouver qu’une petite partie de ce plastique en surface.”

Car le plastique n’est pas biodégradable, en revanche il se fracture en de nombreuses particules sous l’effet des vagues et du soleil. C’est ce que l’on peut retrouver en rotation au milieu des océans, ce sont les gyres, ces fameux continents de plastique.

Kristian Syberg : “On a plusieurs hypothèses sur l’endroit où peut se trouver ce plastique. Ce peut être à différentes profondeurs, ou aussi au fond de la mer, et une partie a pu se retrouver dans la chaîne alimentaire.”

Ces plus ou moins macro déchets facilement repérables sur ce rivage de Hawaï ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Le problème vient des petits bouts de plastique dont le volume pourrait doubler dans les 10 prochaines années. Une étude rapide de ces déchets prouve bien que le problème est global à l’image de cette bouée venue de Corée du Sud.

Et l’impact le plus important c’est sur la faune. Les filets abandonnés ou perdus représentent évidemment un danger immédiat pour la vie sauvage.

Mais les micro déchets sont encore pire quand ils se retrouvent ingérés par les poissons, les mammifères et les oiseaux de mer.

Megan Lamson, Hawaï Wildlife Fund : “Quand on se retrouve avec des tonnes et des tonnes de débris plastiques sur les rivages ou pris dans les récifs c’est un vrai problème pour la vie sauvage marine mais aussi pour la santé humaine. Notre meilleure option c’est de réduire ce problème ou de le prévenir et donc de venir ici et de ramasser le plus possible de ces débris sur le rivage.”

L’ensemble de la pollution de la surface des océans est évaluée à plus de 5 000 milliards de particules. Ce qui représente un total de près de 300 000 tonnes. Un chiffre considérable certes mais peu en rapport avec tout ce qui est jeté. La majorité des particules de moins de cinq millimètres ayant disparu de la surface…

Le choix de la rédaction

Prochain article

Sci-tech

Tests de combinaisons martiennes