DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sept champs de pétrole iraniens confiés à des sociétés russes


économie

Sept champs de pétrole iraniens confiés à des sociétés russes

Opération réussie du ministre russe de l’Energie Alexander Nova en visite à Téhéran à la tête d’une délégation de 500 personnes. Le Russe Gazprom a signé mardi deux protocoles d’accord avec la Société nationale iranienne du pétrole (SNIP), compagnie publique, pour développer les champs pétroliers de Cheshmekosh et de Changouleh, proches de la frontière irakienne à l’ouest de l’Iran.

Au total, la prospection sur sept champs de pétrole iraniens ont été récemment confiés à des sociétés russes. Celles-ci sont moins gênées que leur concurrents occidentaux par les sanctions américaines toujours en vigueur, notamment dans le secteur bancaire.

Alliés en Syrie aux côtés de Bachar al-Assad, Moscou et Téhéran développent leurs échanges commerciaux. La Russie a également signé un accord pour développer la centrale électrique de Bandar Abbas, au sud-ouest de l’Iran, et un autre pour assurer l‘électrification d’une ligne ferroviaire au nord-est. Selon le ministre iranien des technologies de l’Information et de la Communication Mahmoud Vaezi cité par Bloomeberg, les accords signés pourraient déboucher sur 10 milliards de dollars de contrats.

L’Iran est le grand gagnant de l’accord de l’Opep, signé fin novembre. Il a obtenu le droit d’augmenter sa production de pétrole, quand les autres vont réduire la leur.

Les pays membres et non-membres de l’Opec ont décidé que pour les bienfaits du marché pour retrouver l‘équilibre entre l’offre et la demande, ils devaient participer à l’effort. Le marché l’a bien compris et il y a une forte demande pour que cela arrive.“ a déclaré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

économie

La Fed devrait relever ses taux pour la deuxième fois depuis la crise de 2008