DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pétrole : un accord historique pour stabiliser le marché


Business Line

Pétrole : un accord historique pour stabiliser le marché

Les pays producteurs de pétrole du monde entier se sont mis d’accord pour réduire leur production de brut afin de rééquilibrer le marché. Il s’agit du premier accord en plus d’une décennie entre les membres de l’OPEP et les pays non-membres du cartel.

L’Iran, seul pays autorisé à augmenter sa production

Le plus gros effort sera fourni par l’Arabie Saoudite, le premier producteur mondial. La Libye et le Nigeria ont été exemptés de l’accord, alors que l’Iran est le seul pays autorisé à augmenter sa production, suite à la levée des sanctions internationales. Le régime iranien pourra extraire jusqu‘à 3,797 millions de barils par jour à compter du 1er janvier.

La Russie a atteint en octobre un pic de production

De son côté, la Russie, deuxième producteur mondial de brut, s’apprête à réduire sa production de 300.000 barils/jour. Elle le fera de manière graduelle, la production russe ayant atteint en octobre un nouveau pic post-soviétique à 11,2 millions de barils par jour. Mais l’objectif affiché sera rempli assuré le ministre russe de l‘Énergie.

Un baril stabilisé autour de 50-60 dollars ?

Selon les derniers rapports, l’OPEP extrait aujourd’hui environ 33,6 millions de barils par jour. Cette production est censée être ramenée à 32,5 millions de barils par jour à compter de janvier.

Quand les cours du brut dépassaient les 100 dollars le baril en juin 2014, la production totale du cartel était de l’ordre de 29,7 millions de barils par jour, bien moins qu’aujourd’hui.

Personne ne s’attend vraiment à ce que les cours remontent à de tels niveaux stratosphériques. Les traders pensent que le baril va se régler sur une fourchette de prix allant de 50 à 60 dollars.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Auto-traduction

Business Line

Dette grecque : soulagement de court terme pour problèmes à long terme