DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crash d'EgyptAir en mai 2016 : piste terroriste renforcée, selon l'Egypte


Egypte

Crash d'EgyptAir en mai 2016 : piste terroriste renforcée, selon l'Egypte

C’est un rebondissement dans l’enquête sur le vol MS804 de la compagnie EgyptAir qui s‘était abîmé en mer Méditerranée le 19 mai dernier : des traces d’explosifs ont été découvertes sur les restes de victimes de la catastrophe aérienne, a affirmé ce jeudi le comité d’enquête de l’aviation égyptienne.

L’Airbus A320, qui effectuait une liaison entre Paris et Le Caire, transportait 66 personnes, dont une quarantaine d’Egyptiens et 15 Français; aucun passager ou membre d‘équipage n’avait survécu. Un premier résultat de l’enquête menée en Egypte avait fait état d’un incendie dans ou près du cockpit de l’appareil; une des deux boîtes noires retrouvées avait en effet révélé que des alertes avaient été émises pendant le vol, signalant de la fumée à bord. Cependant, rien ne permettait jusqu‘à présent d‘évoquer une cause terroriste.

Les nouveaux éléments ont maintenant été transmis au parquet car, selon la loi égyptienne, il faut de clairs soupçons de piste criminelle pour qu’un procureur s’empare du dossier. Ces indices renforcent l’hypothèse d’un attentat que privilégiaient déjà les autorités égyptiennes. Les enquêteurs français, eux, penchaient plutôt pour un accident provoqué par un problème technique. Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) de l’aviation civile reste toujours sceptique, ne sachant pas dans quelles conditions ont été effectués les prélèvements.

Presque sept mois après la tragédie, les familles des victimes du vol MS804 d’EgyptAir n’en peuvent plus d’attendre : elles n’ont toujours pas pu récupérer les corps de leurs proches. Le secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac), Stéphane Gicquel, est fâché, estimant que l’annonce de l’Egypte est une “manipulation”. Il dénonce “un chantage de la part des autorités égyptiennes pour faire accréditer la thèse terroriste et protéger la compagnie EgyptAir en rejetant la responsabilité sur Paris”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Syrie

A Alep, le régime syrien fait le tri parmi les évacués