DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La police allemande sous le feu des critiques, trois jours après l'attaque de Berlin

La presse accuse les enquêteurs d’avoir privilégié la piste d’un réfugié pakistanais, alors que les papiers du principal suspect ont été retrouvés dans le camion qui a servi à…

Vous lisez:

La police allemande sous le feu des critiques, trois jours après l'attaque de Berlin

Taille du texte Aa Aa

La presse accuse les enquêteurs d’avoir privilégié la piste d’un réfugié pakistanais, alors que les papiers du principal suspect ont été retrouvés dans le camion qui a servi à l’assaut.

Tunisien de 24 ans, Anis Amri n’a jamais été arrêté, mais il a été sous surveillance cette année par le centre de lutte antiterroriste. Soupçonné d’avoir préparé un cambriolage pour s’acheter des armes, il était lié à la mouvance salafiste et djihadiste. Sa demande d’asile avait été rejetée par l’Allemagne, mais Tunis a refusé de le reprendre, faute de papiers suffisants.

Pour retrouver sa trace, près de 150 policiers ont perquisitionné hier un centre où Amri aurait vécu à Emmerich, dans l’ouest de l’Allemagne. En vain.

Un avis de recherche européen, assorti d’une récompense de 100 000 euros, a été lancé pour le retrouver.

Anis Amri est soupçonné d’avoir lancé un camion volé sur un marché de Noël bondé à Berlin. L’attaque, qui a fait 12 morts et 48 blessés, a été revendiquée par le groupe État islamique.