DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les choses que j’ai apprises en vivant avec un réfugié

On lit souvent sur Internet : "Si tu aimes tant que ça les réfugiés, tu n'as qu'à en accueillir un." C'est ce que notre collègue a fait.

Vous lisez:

Les choses que j’ai apprises en vivant avec un réfugié

Taille du texte Aa Aa

Tout le monde se souvient de la photo du petit Aylan Kurdi, gisant face contre terre sur une plage turque. Chacun a réagi à sa façon. Moi, je suis simplement allé m’inscrire sur Calm, une plateforme d’accueil de réfugiés chez l’habitant. Aujourd’hui, je fais partie de ces hôtes et j’offre un refuge provisoire à la jeune Loura, 22 ans, qui a fui le Nigéria en 2014.

Voici quelques enseignements tirés de cette belle expérience :

J’ai appris à relativiser

Consulter ensemble une carte d’Afrique du Nord et entendre Loura dire que « le désert est chaud, aride et difficile à traverser » permet de s’accommoder plus facilement de la grève des transports en commun. Un sentiment partagé avec les hôtes rencontrés : l’expérience concrète et le parcours des réfugiés nous ont appris à minimiser l’impact de nos problèmes au quotidien.

J’ai appris l’humilité

Partager une pizza avec une personne ayant vécu l’exil forcé. Réaliser que les migrants ne pas différents de nous, cela remet les choses à leur place et permet d’apprécier à leur juste valeur les moments simples oubliés. Ce qui sépare Loura et moi, c’est principalement la chance.

J’ai appris que l’accueil, c’est facile

Une fois passées les barrières de la culture et de la langue, on réalise très rapidement que l’accueil chez soi d’une personne réfugiée n’est rien de plus qu’une forme de colocation… avec des charges supplémentaires. Pas besoin d’être un super-héros, il suffit d’avoir une chambre de libre et un double des clés.

J’ai réappris ma langue…

… avec toutes les subtilités que comporte la langue de Molière. La grammaire, la conjugaison, les genres et les règles d’accords font figure d’acquis pour nombre d’entre nous mais ne sont pas pour autant simples à expliquer.

J’ai appris la difficulté de s’intégrer

La langue, la connaissance des institutions et les formalités administratives, notamment les passages répétés par la préfecture, sont autant d’épreuves pour celles et ceux qui veulent acquérir le titre de séjour et un emploi en France. Et si moi même, je peine à traduire le vocabulaire administratif et à comprendre le sens des démarches à entreprendre auprès de la préfecture, j’imagine volontiers le vertige ressenti par ma colocataire.

Comment elle va, ta réfugiée ?

« Comment elle va, ta réfugiée ? », c’est une étrange question que l’on me pose souvent. Derrière cette question il y a de la gêne, de la curiosité… Cela dévoile de nouvelles facettes chez celles et ceux que l’on côtoie chaque jour et que l’on pensait connaître.

Finalement, je réalise que je réapprends les choses que je savais déjà, Il suffisait juste de rencontrer Loura.

FS