DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corée du Sud : la destitution de la présidente n'est pas encore tranchée


Corée du Sud

Corée du Sud : la destitution de la présidente n'est pas encore tranchée

En Corée du Sud, la procédure de destitution de la présidente Park Geun-Hye se poursuit. Mardi matin la Cour constitutionnelle s’est de nouveau réunie pour examiner les motifs invoqués par l’assemblée nationale pour justifier cette destitution.

Park Geun-Hye est accusée de collusion. Sa principale conseillère est en prison pour extorsion de fonds et abus de pouvoir.

Si la cour constitutionnelle valide la destitution de la présidente, de nouvelles élections devront être organisées en 2017.

Mais craignant d‘être laminé, le parti conservateur au pouvoir vient d’imploser : des parlementaires hostiles à la présidente viennent de faire sécession. Ils réclament un grand nettoyage.

Ces députés frondeurs misent désormais sur l’ex-secrétaire général de l’ONU pour se refaire une virginité.

En cas d‘élection présidentielle anticipée, Ban Ki-moon arriverait en tête de la compétition, selon un récent sondage.

Avec Agences