DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les grands rendez vous de 2017


Sci-tech

Les grands rendez vous de 2017

En partenariat avec

Quels sont les grands rendez-vous dans le domaine de l’espace et de la science en 2017 ?

Du côté du Cern :

L’année 2017 verra-t-elle d’importantes avancées en terme de recherche sur la matière noire qui occupe un quart de l’univers et dont on sait si peu de choses ?
Ce sera à l’accélérateur de particules de le dire.

Du côté de l’Esa :

- L’agence spatiale européenne lancera en 2017 son télescope spatial Cheops dont le travail va consister à étudier les étoiles proches (tout est relatif dans l’espace). Des étoiles qui présentent la particularité d’héberger des planètes dans leur système.

- Thomas Pesquet qui ne cesse d’envoyer de superbes images de la Terre depuis la station spatiale internationale devrait très bientôt faire une sortie extravéhiculaire pour changer des batteries. Il devrait flotter dans l’espace le 13 janvier pendant 7 heures…

- L’Italien Paolo Nespoli rejoindra l’ISS en mai prochain pour une mission qui doit durer cinq mois. A 60 ans ce sera sa troisième mission dans l’espace.

Du côté de la sonde spatiale Cassini (Nasa/Esa) :

Ce sera le “Grand Final” pour la sonde. Après avoir tourné pendant 13 ans autour de Saturne elle va plonger dans ses anneaux, collecter au passage des informations et des données avant de prendre des photos et de brûler dans l’atmosphère saturnien. Le bûcher est prévu pour le 15 septembre 2017.

Du côté de la Nasa :

- Le télescope spatial Tess (lequel est le successeur de Kepler) va surveiller plus de… 500 000 étoiles et espère ainsi découvrir quelque 500 exoplanètes.

- La sonde spatiale Juno poursuit son espionnage de Jupiter et notamment ses champs magnétiques, la composition de son atmosphère et le noyau de la planète.

Du côté des entreprises spatiales privées :

La lutte se poursuit entre Boeing et SpaceX. Objectif ? la conquête spatiale avec des vols habités et des passagers qui payent le prix fort. Boeing travaille sur son Starliner CST-100 qui devrait pouvoir, début 2018, rejoindre la station spatiale internationale.

De son côté SPACEX, société d’Elon Musk entend bien décrocher le contrat d’astronautes de la Nasa. Là aussi la fusée doit pouvoir embarquer 7 personnes en direction de l’ISS.

Du côté de la Chine :

Les Chinois ont le regard pointé vers la Lune. Ils ont déjà envoyé un module sur notre satellite. Cette fois ils espèrent bien envoyer une mission qui se posera sur le sol lunaire, prélèvera deux kilos d‘échantillons avant des les rapporter sur Terre.

Le choix de la rédaction

Prochain article

Sci-tech

Butanediol : du plastique à base de sucre