DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le soldat franco-israélien Azaria coupable d'homicide d'un Palestinien blessé

Le verdict est tombé ce mercredi à Tel-Aviv, après plusieurs mois d’un procès qui divise profondément la société israélienne.

Vous lisez:

Le soldat franco-israélien Azaria coupable d'homicide d'un Palestinien blessé

Taille du texte Aa Aa

Le verdict est tombé ce mercredi à Tel-Aviv, après plusieurs mois d’un procès qui divise profondément la société israélienne. Le soldat franco-israélien Elor Azaria, âgé de 20 ans, a été reconnu coupable par un tribunal militaire d’homicide volontaire contre un assaillant palestinien blessé qui gisait sur le sol. Les faits ont eu lieu à Hébron, en Cisjordanie, le 24 mars 2016 : le jeune sergent avait achevé le Palestinien Abdel Fattah al-Sharif, âgé lui de 21 ans, en lui tirant une balle dans la tête alors qu’il paraissait hors d‘état de nuire.

La présidente de la cour martiale a fait tomber les uns après les autres tous les arguments de la défense. Elle a notamment insisté sur les témoignages rapportant ce propos du soldat, que le Palestinien “méritait de mourir”. “Elor Azaria savait ce qu’il faisait”, a souligné la présidente; selon elle, l’agresseur est mort “inutilement”. Les juges vont maintenant prendre plusieurs semaines avant de statuer sur la peine. L’accusé, qui comparaît depuis le mois de mai dernier, encourt jusqu‘à vingt ans d’emprisonnement.

Un activiste pro-palestinien avait filmé l’exécution sommaire, comme le montre le journal israélien Haaretz :

Cette affaire révèle une confrontation sans précédent entre l‘état-major israélien, qui veut défendre certains idéaux militaires et a insisté pour que ce procès ait lieu, et la droite au pouvoir. Le nationaliste Avigdor Lieberman, actuel ministre de la Défense, affiche ouvertement son soutien au soldat. Des milliers de citoyens israéliens défendent également avec force Elor Azaria, en manifestant ou en le soutenant sur les réseaux sociaux.

Des dizaines de jeunes supporteurs du soldat ont manifesté ce mercredi devant le QG de l’armée où se tient le procès :