DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mexique : nouvelle journée de manifestations et de saccages


Mexique

Mexique : nouvelle journée de manifestations et de saccages

Une nouvelle journée de manifestations et de saccages a eu lieu jeudi au Mexique, où les protestations contre la hausse des prix des carburants ont fait 3 morts et des blessés et entraîné près de 600 arrestations.

Le prix de l’essence a été augmenté de 20,1% et celui du diesel de 16,5% au 1er janvier. A partir du 18 février, le prix plafond fixé par le gouvernement sera réajusté tous les jours.

La vague de protestations qui a commencé aussitôt après l’entrée en vigueur des hausses s’est amplifiée à partir de mercredi avec des blocages de routes, des pillages de magasins et des actes de vandalisme dans des stations service. Selon le président de la Confédération des chambres de commerce, Enrique Solana, quelque 800 commerces petits ou moyens et 250 grands magasins ont subi des dégâts à travers le Mexique.

Si la situation s’est calmée jeudi dans la capitale Mexico, le chaos a gagné plusieurs autres régions du pays.

A Ixmiquilpan, dans l’Etat d’Hidalgo (centre), la police locale et la police fédérale ont utilisé des gaz lacrymogènes sans parvenir à disperser les manifestants qui lançaient des pierres, et des tirs d’armes à feu ont été entendus, a indiqué le secrétariat local à la sécurité.

A Monterrey, une grande ville du nord-est, plus de 10.000 personnes ont défilé dans le calme pour protester contre les hausses, et de jeunes manifestants souvent cagoulés ont attaqué et endommagé le siège des autorités locales.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto a expliqué dans un message spécial que la décision d’augmenter les prix des carburants au Mexique était une conséquence de la montée des prix internationaux et qu’il s’agissait d’un “changement difficile” mais nécessaire pour garantir la stabilité économique du pays.

La hausse des prix est la première étape de l’ouverture au privé du marché des carburants et de la libéralisation des prix initialement prévue pour 2018, mais que le gouvernement mexicain a choisi de mettre en place un an plus tôt.

Avec agence (AFP)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Syrie

Moscou commence à retirer ses troupes de Syrie