DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Russie un peu moins présente en Syrie


Russie

La Russie un peu moins présente en Syrie

Le porte-avions Amiral Kouznetsov va quitter la Méditerranée pour rentrer en Russie : Moscou allège son dispositif d’appui militaire en Syrie, suite à l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, fin décembre.

Avant son départ, le bâtiment militaire a reçu la visite du chef de l’armée syrienne, conscient de ce que le régime devait aux bombardiers russes notamment dans la reprise d’Alep.

Pour autant la guerre est loin d‘être terminée en Syrie.

Le pays est morcelé. Palmyre a été reprise par les jihadistes de l’Etat Islamique et Idleb est toujours aux mains des rebelles.

La citadelle de Jaabar au bord du lac Assad a, elle, été conquise par les Forces Démocratiques Syriennes, des troupes kurdo-arabes soutenues par la coalition internationale. Elles en ont chassé les combattants du groupe Etat Islamique.

Le lac Assad est une retenue d’eau artificielle située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Raqa, le bastion de Daesch dans le nord de la Syrie.

De leur côté, les troupes du régime aidées des combattants du Hezbollah libanais tentent, à coups de bombardements aériens et d’artillerie, de capturer la région rebelle de Wadi Barada, à 15 km au nord-ouest de Damas, malgré la trêve.

C’est depuis cette zone que la capitale syrienne est approvisionnée en eau. Le régime accuse les rebelles de polluer les réserves d’eau à destination de la population de Damas.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Brésil

Brésil : nouveau massacre dans une prison, 31 morts