DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Jérusalem ensanglantée par un attentat au camion bélier


Israël

Jérusalem ensanglantée par un attentat au camion bélier

Un camion a foncé sur des soldats israéliens à un arrêt de bus. Au moins quatre jeunes militaires ont été tués, trois femmes et un homme.
Le conducteur a été abattu. Si son identité n’a pas été révélée, ce serait un Arabe habitant un quartier tout proche, à Jérusalem-est. Le Premier ministre Netanyahu affirme que l’auteur de l’attaque de Jérusalem est un sympathisant du groupe Etat islamique.
“Un suspect a conduit son camion dans une zone où il y avait plusieurs bus, les gens descendaient des bus, explique le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld. Nous avons plus de 10 blessés. Des unités spéciales et la police sont arrivées sur la scène du crime pour l’enquête, la sécurité est renforcée à la suite de cette attaque terroriste.”

Les attaques à la voiture bélier, ou au couteau, se sont développées en Israël à partir de l’automne 2015. Mais ces derniers mois elles étaient moins nombreuses. Ce drame replonge donc l’Etat hébreu dans des heures sombres.

Une attaque similaire au marché de noël de Berlin

Les autorités ne savent pas encore si l’attentat du même type sur le marché de Noël de Berlin le 19 décembre, a pu influencer le chauffeur de Jérusalem. L’assaillant de Berlin s‘était revendiqué de l’Etat islamique.

Polémique après l’attitude des soldats sur place

Des critiques émergent après la diffusion d’une vidéo où l’on voit les soldats fuyant la scène, au lieu de tenter d’arrêter le camion en abattant le chauffeur.

Les soldats expliquent que certains ont hésité à tirer, influencés par l’affaire Elor Azaria. Cette attaque intervient en effet cinq jours après la condamnation, très médiatisée, de ce jeune soldat israélien accusé d’avoir achevé un assaillant palestinien blessé. Le sergent franco-israélien Elor Azaria, 20 ans, a été reconnu coupable d’homicide volontaire par un tribunal militaire israélien. Les juges devraient prendre plusieurs semaines avant de prononcer leur peine contre le sergent qui encourt 20 ans de prison.