DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : "les militaires turcs ne devraient pas être extradés"

La cour de cassation grecque a commencé mardi l'examen en dernière instance de la demande d'extradition par les autorités turques de deux des huit militaires turcs ayant fui en Grèce au lendemain

Vous lisez:

Grèce : "les militaires turcs ne devraient pas être extradés"

Taille du texte Aa Aa

La cour de cassation grecque a commencé mardi l’examen en dernière instance de la demande d’extradition par les autorités turques de deux des huit militaires turcs ayant fui en Grèce au lendemain du putsch manqué en Turquie le 15 juillet.

La décision doit être rendue le 23 janvier, selon une source judiciaire. Mais la décision finale sur l’application du jugement appartient au ministre de la Justice qui, en vertu de la loi grecque, est le seul compétent pour trancher sur les extraditions.

La procureure de la cour de cassation Vassiliki Théodorou, selon la même source, a estimé que les deux militaires turcs ne devraient pas être renvoyés en Turquie car ils n’auraient pas un procès juste et équitable.

Pour appuyer la thèse de non extradition, les avocats de la défense ont même fait diffuser une vidéo montrant la récente arrestation de juges turcs dans un tribunal en Turquie. De leur côté, les deux militaires ont indiqué que leurs proches en Turquie avaient été licenciés et privés de leurs passeports.

Mercredi, trois autres militaires du groupe seront jugés par la cour suprême et vendredi les trois derniers.

En première instance, une cour d’Athènes avait accepté l’extradition de six de ces militaires, qui ont ensuite fait appel. La cour s‘était toutefois opposée à l’extradition des deux derniers en estimant que leur vie serait en danger en Turquie. Mais après un appel du parquet, ces deux militaires seront également jugés par la cour de cassation.

Les huit militaires affirment qu’ils craignent pour leur vie, mais nient avoir participé au putsch. Ils avaient demandé l’asile à la Grèce lors de leur arrivée dans le pays le 16 juillet mais leur demande avait été rejetée en première instance et elle est désormais en cours d’examen en appel.

Plusieurs militaires ont fui dans des pays européens après le putsch manqué en Turquie.

L’affaire embarrasse la Grèce, qui conserve des relations délicates avec son voisin. Athènes est engagée dans une politique de coopération avec Ankara pour couper la route migratoire en mer Egée mais s’inquiète du durcissement du régime turc, y compris sur les différends bilatéraux de souveraineté.

Avec agence (AFP)