DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Australie face à la menace des fourmis de feu

Vous lisez:

L'Australie face à la menace des fourmis de feu

Taille du texte Aa Aa

Elles s'attaquent aux cultures, au bétail, aux fondations et même à l'homme...

L’Australie est confrontée à une invasion d’une espèce de fourmis, appelée fourmi de feu, qui cause de graves problèmes, en particulier dans l’Etat du Queensland. Elles s’attaquent aux cultures, au bétail, aux fondations, et même à l’homme. Leurs piqûres peuvent provoquer une réaction allergique grave, voire fatale.

Un rapport remis au gouvernement australien souligne la nécessité d’agir de toute urgence. “Ce rapport montre que l’impact des fourmis de feu, si on les laisse proliférer, dépassera les effets combinés de tous nos animaux sauvages : les crapauds de cane, les chats et les chiens sauvages, les chameaux. L’impact serait donc énorme”, souligne Andrew Cox, président du Conseil de surveillance des espèces invasives.

Originaires d’Amérique du Sud, ces petites fourmis rouge sont apparues dans l‘État du Queensland en 2001. Aujourd’hui, la ville d’Ipswich, près de Brisbane, est particulièrement impactée. “Nous faisons tout ce qu’il faut pour les éradiquer, mais cela ne semble pas avoir beaucoup d’effet. Nous avons dû fermer un parc, car des enfants se faisaient piquer par ces petites créatures agressives”, souligne le maire de la ville.

Si les fourmis de feu se propagent, pas moins de 3.000 personnes pourraient être victimes de piqûres fatales en Australie, souligne le rapport. Mais difficile, pour l’heure, de freiner leur expansion. “Il n’y a pas de doutes sur le fait que les fourmis vont continuer à proliférer, malgré nos actions”, souligne Ross Wylie, responsable des services scientifiques et de la biodiversité dans le Queensland.

Parmi les armes utilisées, un chien renifleur entraîné pour traquer les espèces invasives.Le gouvernement australien pourrait être contraint d’intensifier ses efforts et dépenser près de 270 millions d’euros durant la prochaine décennie pour empêcher la prolifération des fourmis de feu.