DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yolocaust : selfies tout-sourire au mémorial de l’Holocauste de Berlin

Ce projet artistique a pour but de montrer le manque de respect dont font preuve les visiteurs du mémorial de l’Holocauste de Berlin.

Vous lisez:

Yolocaust : selfies tout-sourire au mémorial de l’Holocauste de Berlin

Taille du texte Aa Aa

Ce projet artistique a pour but de montrer le manque de respect dont font preuve les visiteurs du mémorial de l’Holocauste de Berlin.

En arrivant sur la page du projet, on ne comprend pas bien, on est déstabilisé. Pourquoi lorsqu’on survole ces 11 selfies, les personnes apparaissent soudain au milieu de cadavres ? Ce n’est qu’une fois en bas de la page, en lisant les quelques lignes qui décrivent le projet que l’on comprend.

Dans leurs photos, ces personnes se mettaient en scène au beau milieu du mémorial du massacre des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, installé en plein Berlin. Certains posaient en groupe, tout-sourire. D’autres se prenaient en photos en train de jongler, faire des acrobaties, etc. Un manque de respect total pour l’artiste israélien Shahak Shapira.

Il a donc décidé d’utiliser ce genre de photos, trouvées sur différents réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tinder et Grindr), pour faire « honte » à leurs auteurs. Pour ce faire, l’artiste a intégré ces selfies à des photos d’époques, prises dans les camps de concentration. Le contraste est glaçant. On trouvera par exemple cette jeune fille en train de faire des acrobaties au milieu de cadavres.

Ces photomontages ont été mis en ligne mercredi et se sont rapidement propagés sur la toile. Le site a même été momentanément indisponible aujourd’hui en raison d’un trop grand nombre de visiteurs.

Le titre de l’œuvre, Yolocaust, serait une contraction des mots « holocauste » et « YOLO » comme « You only live once » (On ne vit qu’une fois) qui est une expression très utilisée sur les réseaux sociaux.

Si Shahak Shapira et d’autres sont choqués par ce genre de comportement dans un lieu de mémoire comme celui-ci, ce n’était pas le cas de Peter Eisenman, l’architecte ayant bâti le mémorial à Berlin en 2005. Selon cet Américain, ce lieu n’est pas un endroit sacré. “Les gens vont venir y pique-niquer. Les enfants viendront peut-être tagger ici. Il y aura des séances de shootings avec des mannequins là-bas. […] Qu’est-ce que je peux y faire ?”

Mais l’artiste israélien veut culpabiliser les personnes dont il a utilisé les photos jusqu’au bout. Dans la partie FAQ (Foire aux questions), il propose à ceux qui se reconnaissent sur les photos “et regrettent soudain les avoir mis en ligne” de les supprimer en envoyant un email à l’adresse suivante : undouche.me@yolocaust.de.

Nicolas Certes