DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Centre Pompidou a 40 ans


Cult

Le Centre Pompidou a 40 ans

Le Centre Pompidou fête ses 40 ans. Pour partager cette célébration avec le plus grand nombre, il propose un programme inédit d’expositions, de prêts exceptionnels, de manifestations et d’événements pendant toute l’année et partout en France.

Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou a été inauguré le 31 janvier 1977. Dès son ouverture, quelques jours plus tard, il rencontre un immense succès. Il devient vite l’un des lieux culturels les plus fréquentés au monde et l’un des monuments les plus visités de France.

Mais l’architecture radicale du bâtiment, conçue par Renzo Piano et Richard Rogers, a engendré de vives polémiques lors de sa construction en plein cœur de la capitale française.

“Un des fondamentaux de l’esprit de l‘époque, de Renzo et de Richard, c’est d’ouvrir ce bâtiment, de susciter la curiosité des passants, des gens qui n’ont pas normalement l’envie d’aller dans un musée. Ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller au musée”, explique Bernard Plattner, architecte associé à l’agence Renzo Piano Building Workshop.

D’une superficie de 104 114 m2 et avec ses airs de chantier de bâtiment, le Centre Pompidou a souvent été surnommé “Notre-Dame des tuyaux”, “Raffinerie”, “Usine à gaz” ou encore “Hangar de l’art”. Mais au fil du temps son allure moderne l’a finalement propulsé au rang de lieu incontournable à Paris.

“La création du Centre Pompidou a été une très très grande rupture dans le paysage parisien. À la fois déjà par son architecture. C’est une sorte de vaisseau spatial qui atterrissait au milieu de la ville, dans le quartier le plus historique et le plus vieux. On n’avait jamais vu une architecture pareille. C‘était une rupture totale aussi avec la façon de présenter les œuvres d’art parce qu’en France, on avait toujours le modèle de l’ancien musée: le musée sanctuaire avec sa porte, son perron et des salles les unes après les autres dans une sorte d’obscurité silencieuse. Et là, on créait quelque chose qui était une sorte de forum complètement ouvert où les gens pouvaient entrer de plein pied comme si la ville continuait ou comme si on avait créé une ville dans la ville”, détaille Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou.

Dans ce Centre, véritable “ville de la culture”, les artistes règnent en maîtres. Les grandes rétrospectives du peintre espagnol Salvador Dalí de 1979 et 2012 par exemple ont attiré un nombre record de visiteurs. Près de 900 000 pour la première et 790 000 pour la seconde.

La qualité et la diversité des spectacles présentés au Centre Pompidou, d’abord appelé Centre Beaubourg, en font l’un des sites les plus visités de Paris.

“Je trouve que c’est hyper symbolique de se rappeler qu‘à Paris, dans une ville où on a autant de mal à innover et à porter des choses qui sont différentes des immeubles haussmanniens, on a eu le courage de faire un musée un peu différent”, dit un touriste parisien.

“J’aime que ce soit interactif. On a l’impression d’utiliser l’architecture d’une manière que l’on ne retrouve pas dans la plupart des autres bâtiments. On peut voir les gens se déplacer quand on est à l’intérieur et les points de vue sont évidemment spectaculaires depuis le sommet. J’aime vraiment ça”, ajoute une touriste londonienne.

Plus de 3 millions de personnes ont visité le Centre Pompidou en 2016, soit 9 % de plus qu’en 2015.

La dernière exposition en date, “Magritte. La Trahison des images” a attiré à elle seule Près de 600 000 visiteurs. Elle occupe désormais la sixième position des monographies les plus visitées.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Queen et Adam Lambert à nouveau en tournée

Cult

Queen et Adam Lambert à nouveau en tournée