DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kraft, la force est en lui


gravity

Kraft, la force est en lui

Bonjour et bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré aux sports d’hiver. Voler comme un oiseau, c’est un vieux rêve de l’homme. Et certains ne sont pas loin de l’exaucer en restant 7 secondes dans les airs avant d’atterrir au-delà des 200 mètres, soit l‘équivalent de deux terrains de football ! Exemple lors du concours de vol à ski d’Oberstdorf.

Hat-trick de Stefan Kraft qui obtient son troisième succès de l’hiver en Bavière. Juste avant le Nouvel An, le sauteur autrichien avait gagné à Oberstdorf l‘étape d’ouverture de la Tournée des Quatre Tremplins. Avant de remporter les deux concours de vol à ski organisés ce week-end sur le tremplin Heini Klopfer. Ce dimanche, il pose son telemark à 235,5 mètres pour obtenir 232,6 points, sachant que la deuxième manche est annulée à cause des rafales de vent.

Comme la veille, Stefan Kraft devance le régional de l‘étape, Andreas Wellinger. Et comme la veille, l’Allemand améliore le record du tremplin en volant sur une longueur de 238 mètres. Le Slovène Jurij Tepes complète le podium aux dépens du Norvégien Daniel-André Tande et de son compatriote Peter Prevc. Le leader de la Coupe du monde, Kamil Stoch, se contente de la neuvième place.

Big Four à Saint-Moritz

La station suisse de Saint-Moritz sera le théâtre durant les deux semaines qui viennent des championnats du monde de ski alpin. Présentation du carré d’as qui va se lancer dans la chasse aux médailles.

A tout seigneur, tout honneur, on commence par Marcel Hirscher. L’ogre autrichien est bien parti pour soulever son sixième gros globe de cristal. Nul doute qu’il aimerait aussi conserver son titre mondial en combiné, reprendre celui du slalom et s’adjuger enfin celui du géant après deux médailles d’argent en 2013 et 2015.

L’un de ses principaux rivaux sera Alexis Pinturault qui a gagné sept des douze derniers géants, qui détient le globe de cristal du combiné et qui nourrit également des ambitions en super-G. Le Français court toujours après son premier succès lors d’un grand rendez-vous, que ce soit aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques.

Entre les piquets, l’ennemi numéro 1 de Marcel Hirscher sera Henrik Kristoffersen. Le jeune Norvégien est le vainqueur sortant de la Coupe du monde de slalom, et il s’est déjà imposé cet hiver à Val d’Isère, Madonna di Campiglio, Adelboden, Wengen et Schladming.

En l’absence d’Aksel Lund Svindal, blessé au genou et forfait jusqu‘à la fin de la saison, un autre “Attacking Viking” devrait prendre le relais, Kjetil Jansrud. Dans les épreuves de vitesse, le champion olympique du super-G devra tout se même se méfier des Autrichiens, des Italiens et des Français.

Décryptage de la Corviglia

Kjetil Jansrud sera donc l’un des grands favoris de l‘épreuve-reine, la descente, qui se disputera sur la Corviglia. Une piste analysée pour nous par le meilleur descendeur français, Adrien Théaux.

Adrien Théaux : “C’est une piste assez courte, elle fait 1 minute 40, alors que la moyenne des descentes, c’est 1 minute 55, 2 minutes, et ça peut aller jusqu‘à 2 minutes 30. Donc je la trouve un petit peu courte, c’est dommage pour des championnats du monde. Après, c’est une piste qui est extrêmement vallonnée. Ce n’est pas une piste très technique, très raide, c’est typé très glisse. Donc, il faut être un très bon glisseur, il y a beaucoup de parties plates.”

Adrien Théaux : “Il n’y a pas d‘énormes difficultés apparentes comme ça. Les difficultés sont vraiment tous les mouvements de terrain dans lesquels il faut être vraiment dans le bon timing du tracé, sinon on peut vite perdre beaucoup de temps. Après, il y a le départ qui est très sympa, parce qu’on part dans un énorme mur, ça fait un immense lançoir. En fait, on s‘élance tout droit sur près de 300 mètres et on passe de 0 à 140 km/h en même pas 6 secondes !”

Lara Gut de retour dans sa station fétiche

Qui sera la Reine des Mondiaux de Saint-Moritz ? Mikaela Shiffrin, Lindsey Vonn, Ilka Stuhec, Sofia Goggia, Tessa Worley ou bien Lara Gut ? La Suissesse adore la station des Grisons où elle s‘était révélée aux yeux du grand public.

Lara Gut n’a pas encore 17 ans en ce 2 février 2008 quand elle prend son quatrième départ en Coupe du monde. Dossard 32 de la descente, l’adolescente réalise le meilleur temps aux différents chronos intermédiaires. Mais elle chute dans les derniers mètres et franchit la ligne d’arrivée sur le dos.

A la clé malgré tout, une troisième place derrière Tina Maze et Maria Holaus, qui la devance d’un petit centième de seconde. C’est encore à Saint-Moritz quelques mois plus tard que Lara Gut signera sa première victoire en Coupe du monde à l’occasion d’un super-G.

Une descente totalement givrée

Le super-G sera ce mardi la course d’ouverture des championnats du monde. Mais pour terminer ce numéro de Gravity, direction Saint-Paul, aux Etats-Unis, avec l’Ice Cross Downhill et le succès des Canadiens Myriam Trepanier et Dean Moriarty : it’s snowtime !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

gravity

Marcel Hirscher reçu 20/20