DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Il y a 25 ans, les Européens faisaient le choix d'aller vers plus d'unité


Pays-bas

Il y a 25 ans, les Européens faisaient le choix d'aller vers plus d'unité

Elle a donné son nom au traité qui jeta les fondements de l’Union européenne : Maastricht, petite ville de 120 000 habitants du sud des Pays-Bas, coincée entre Liège la Belge et Aix-la-Chapelle l’Allemande, lieu symbolique du grand saut en avant de l’intégration européenne…

C’est au siège du gouvernement provincial de Limburg, en bord de Meuse, que la signature a eu lieu le 7 février 1992, c‘était il y a 25 ans.

Les ministres des Affaires étrangères et des Finances des douze Etats membres de l‘époque de la communauté européenne, apposèrent leur signature au bas du Traité de l’Union européenne, son nom officiel.
L’idée de l’Europe était alors choyée…

Le président du Conseil européen de l‘époque et Premier ministre du Portugal, Anibal Cavaco Silva, estimait alors que c‘était un pas historique qui allait approfondir la construction européenne :

Aujourd’hui, ici, à Maastricht se concrétise une nouvelle étape historique de l’Europe que nous bâtissons ensemble. Le traité que nous allons signer est une percée décisive sur la route de l’Union européenne, un objectif ambitieux d’un processus sans pareil dans l’histoire contemporaine.

Un pas de géant vers l’intégration politique et économique de l’Europe, car les douze Etats membres cédaient alors des pans de leur souveraineté.

Le Traité de Maastricht ou de l’Union européenne repose sur trois piliers :

Les Communautés européennes, la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), la coopération policière et judiciaire en matière pénale (ex-Justice et affaires intérieures, JAI).

Le traité introduit aussi la citoyenneté européenne dans la législation communautaire. Il renforce les compétences du Parlement européen et jette les bases de l’Union économique et monétaire en mentionnant les conditions de convergences économiques qui mèneront quelques années plus tard au pacte de stabilité tant décrié par les eurosceptiques et à la création de la monnaie unique, l’Euro.

Devenu le symbole d’une Europe de plus en plus intégrée, depuis son arrivée dans les poches des Européens le premier janvier 2002, l’Euro a survécu aux tourbillons de la crise malgré les faiblesses de l’Union économique et monétaire…

Mais depuis, de nouvelles tensions, internes et externes, mettent à l‘épreuve la solidité de la construction européenne : la montée des nationalismes, des eurosceptiques, le Brexit…
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker lançait cet avertissement en décembre dernier :

Ceux qui pensent que l’heure est venue de déconstruire l’Europe, de la mettre en morceaux, de nous subdiviser en nations ont tout faux. Nous n’existerons pas en tant que nation, individuellement, sans l’Union européenne.

ALL VIEWS

Touchez pour voir