DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Révolution russe : art et propagande

Vous lisez:

Révolution russe : art et propagande

Taille du texte Aa Aa

La Royal Academy de Londres commémore le centième anniversaire de la révolution russe qui a amené les Bolcheviks au pouvoir.

La Royal Academy de Londres commémore le centième anniversaire de la révolution russe qui a amené les Bolcheviks au pouvoir.

Avec l’exposition “Révolution : l’art russe de 1917 a 1932” elle propose un voyage dans cette époque de l’histoire russe qui a été documentée par des artistes qui se sont souvent pliés à la propagandes.

Estelle Lovatt, critique d’art : “Cela prend en compte une certaine période en Russie que l’on n’a pas dans les livres. Il n’y a rien de plus puissant qu’un artiste en train de peindre ce qui se passe dans le monde autour de lui. Les artistes sont vus comme des gens aussi puissants que les soldats avec leur pinceaux surtout quand la plupart des gens sont illettrés. Le message passe au travers de l’art visuel.”

De fait l’expo explore les interactions complexes entre l’art et la politique et sur les influences directes ou non du pouvoir sur les artistes.

Elle met en rapport les oeuvres des artistes “révolutionnaires” avec celles signées par l’avant garde russe avec des noms comme Kandinsky, Malevich ou Popova.

John Milner, commissaire de l’exposition : “On a un groupe qui s’appelle l’association des artistes russes révolutionnaires qui était déterminé à se débarrasser de l’avant garde, qui insultait, qui proférait des critiques féroces, et qui est devenu de plus en plus puissant alors que se développait le XXe siècle en se transformant en la source du Réalisme social. Ils se sont battus pour que les gens ordinaires, les gens dans la rue, dans les bus, puissent comprendre l’art. Quelque chose qu’ils ne pouvaient pas faire avec Popova ou Kandinsky.”

L’exposition a aussi fait de la place à des films originaux, des photos et des documents. “Révolution : l’art russe entre 1917 et 1932”, à Londres jusqu’en avril.