DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nouvelle-Zélande : des volontaires viennent en aide aux baleines


Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande : des volontaires viennent en aide aux baleines

Des centaines de volontaires tentaient samedi, malgré la menace des requins, d’empêcher quelque 200 baleines de venir s‘échouer sur une plage de Nouvelle-Zélande où plus de 400 autres s‘étaient déjà échouées la veille.

Quelque 150 des volontaires qui formaient ce véritable mur humain s’efforçaient aussi d’empêcher le retour vers la plage d’environ 100 baleines échouées la veille et qui avaient été repoussées vers le large. Vendredi matin, lorsque 416 baleines-pilotes, également appelées globicéphales, ont été découvertes sur la plage de Farewell Spit, 300 environ étaient déjà mortes.

Le ranger Mike Ogle, du département de la protection de l’environnement, a déclaré à Radio New Zealand que les cétacés pouvaient avoir été poussés à se diriger vers les hauts fonds par la crainte des requins. “Il y a là-bas une carcasse qui porte des marques de morsures de requin“, a-t-il dit. Et la présence de grands requins blancs aux alentours de Farewell Spit a été signalée.

Cette plage se trouve dans la région de Golden Bay, à la pointe nord-ouest de l’Ile du Sud, l’un des deux principales îles qui constituent la Nouvelle-Zélande.

La chaleur du soleil compliquait la tâche des sauveteurs qui s’efforçaient de maintenir les baleines au frais en attendant de pouvoir profiter de la marée haute pour les remettre à l’eau.

On a un problème aujourd’hui avec le soleil, qui n’est pas bon pour les baleines. Hier on a eu de la chance, il y avait des nuages“, a déclaré un responsable du département de la protection de l’environnement, Andrew Lamason, à Fairfax Media, un grand groupe de médias australien.

La plage de Farewell Spit, située à environ 150 kilomètres à l’ouest de la ville touristique de Nelson, est régulièrement le théâtre d‘échouages de baleines. Au cours de la dernière décennie, au moins neuf échouages massifs y ont été enregistrés.

Selon M. Lamason, s’il n’existe pas d’explication scientifique certaine de ce phénomène, la géographie sous-marine du lieu serait en cause.

A Farewell Spit, il y a une grande quantité de sable en forme de crochet et les eaux sont peu profondes. Une fois que les baleines sont entrées dedans, il leur est très difficile d’en sortir“, a-t-il expliqué.

Les baleines-pilotes sont l’espèce de baleine la plus répandue dans les eaux néo-zélandaises. Elles peuvent peser jusqu‘à deux tonnes et mesurer jusqu‘à six mètres de long.

Avec agence (AFP)