DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brexit : quel impact pour la mode britannique ?


Cult

Brexit : quel impact pour la mode britannique ?

En partenariat avec

Le Brexit aura-t-il à terme un impact sur l’industrie de la mode britannique ? A ce stade, le secteur, très dépendant de l’international, n’a pas subi de contrecoups significatifs.

Brexit, risque ou opportunité ?

Alors Brexit, risque ou opportunité ? Au salon Pure London, où se retrouvent les professionnels du secteur, les avis sont partagés.

Maggie Song possède trois marques de vêtements au Royaume-Uni, dont la production est en partie assurée en Chine. Elle garde un souvenir amer du résultat du référendum.

“J‘étais sous le choc, je n’arrivais plus à parler, à réflechir. Je regardais le taux de change sur Internet, je voyais la livre chuter de manière importante par rapport au dollar. J’ai immédiatement compris que ce serait dur désormais pour les petites entreprises.”

Pourtant, toutes les marques ne souffrent pas du repli de la livre sterling. Julie Driscoll, la directrice du salon “Pure London”, estime que le Brexit offre des opportunités, en particulier pour les entrepreneurs étrangers :

“Pour les marques internationales, le taux de chance actuel facilite l’entrée sur le marché britannique. Résultat, on n’a jamais vu autant d’entreprises, de collections internationales se déplacer au Royaume-Uni pour rechercher des opportunités. En terme de fréquentation, c’est notre plus important”

Chloé Chenu, de Lyon, expose pour la première fois ses bijoux à Londres. Elle espère distribuer ses produits sur le marché britannique. Et elle est optimiste, malgré le Brexit :

“Londres, pour la mode, c’est l’endroit le plus important au monde, même après le Brexit, cela ne change rien. On vient toujours pour vendre nos produits, les Anglais sont vraiment excentriques et friands de produits français.”

Le Royaume-Uni reste un eldorado pour les créateurs étrangers

La styliste turque, Ece Kavran, estime que Londres reste la destination numéro un pour faire du business. Comparé aux marchés italiens et français, qu’elle juge plus statiques et traditionnels, les Britanniques sont, eux, avides de nouveautés :

“L’Angleterre est un marché toujours ouvert aux nouvelles idées, aux nouvelles marques. C’est la raison pour laquelle ce pays est aussi attrayant pour nous.”

Huit mois après le référendum britannique, difficile de tirer des conclusions définitives. Certains affichent une certaine prudence, à l’instar de Keely Stocker, la rédactrice en chef du magazine de mode “Drapers” :

“Je crois que c’est une période difficile, principalement à cause de l’incertitude. Ceux qui s’en sortent bien sont ceux qui se concentrent sur leurs clients, sur leurs produits. On verra à terme ce que signifie le Brexit.”

550.000 emplois

En pleine expansion ces dernières années, l’industrie de la mode emploie environ 550.000 personnes au Royaume-Uni, principalement dans les commerces de détail. Seul l’avenir dira, si le Brexit était un mal ou un bien pour le secteur.

Le choix de la rédaction

Prochain article

Cult

A New York, Zac Posen rompt avec la tradition du défilé