DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Malaisie ne veut pas encore rendre le corps du demi-frère du dirigeant nord-coréen


Malaisie

La Malaisie ne veut pas encore rendre le corps du demi-frère du dirigeant nord-coréen

La Malaisie ne restituera pas le corps Kim Jong-Nam dans l’immédiat malgré la demande de la Corée du Nord. Le demi-frère du dirigeant nord-coréen a été assassiné à l’aéroport de Kuala Lumpur lundi, et trois suspects ont été interpellés, deux femmes et un homme. Quatre autres sont toujours recherchés. Si la Malasie tient à garder le corps du défunt, c’est parce qu’elle n’a pas encore déterminé la substance toxique qui aurait été aspergée sur son visage par deux femmes. Le pays réclame aussi des échantillons ADN de la famille pour l’identifier formellement.

Le journaliste japonais Yoji Gomi, qui connaissait Kim Jong-Nam, a, lui, confirmé que le défunt était très critique à l‘égard du régime. “Il disait que l’hérédité du pouvoir allait à l’encontre du système socialiste et que le dirigeant devait être élu à travers un processus démocratique, explique-t-il. Il disait aussi que la Corée du Nord ne survivrait pas à moins de prendre le chemin des réformes et de la libéralisation, comme la Chine.”

Si Kim Jong-Un est à la tête de la Corée du Nord depuis la mort de leur père fin 2011, c’est d’abord Kim Jong-Nam qui avait été pressenti pour la succession. Mais le demi-frère aîné était tombé en disgrâce en 2001, lorsqu’il avait été arrêté avec un faux passeport à l’aéroport de Tokyo. Âgé de 45 ans, il vivait en exil depuis de longues années.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Venezuela : la condamnation de l'opposant Leopoldo Lopez nourrit les tensions avec les Etats-Unis