DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La suite de Cinquante nuances de Grey sur les écrans


cinema

La suite de Cinquante nuances de Grey sur les écrans

Christian Grey et Anastasia Steele sont de retour sur les écrans pour la suite de Cinquante Nuances de Grey.

Ce deuxième volet, baptisé Cinquante Nuances plus sombres (Fifty Shades Darker), est réalisé par James Foley.

Pour cette nouvelle adaptation du roman de E.L James, on retrouve toujours à l’affiche Jamie Dornan et Dakota Johnston, accompagnés de Kim Basinger, Luke Grimes, Bella Heathcote, Eloise Mumford, Rita Ora et Marcia Gay Harden.

“Je crois que ce qui attire vraiment les gens dans ce film, c’est l’amour intense qui unit Anastasia et Christian, un amour qu’ils laissent vivre… et c’est magnifique de le contempler !”, estime Dakota Johnston.

Dans ce deuxième volet, Anastasia tente de refaire sa vie sans Christian. Mais celui-ci la reprend dans ses filets pour recommencer leur histoire à zéro. Les démons et le passé de Christian viendront jouer les trouble-fêtes.

Eric Johnson incarne Jack Hyde, le patron très manipulateur d’Anastasia qui essaie de la convaincre qu’il y a mieux pour elle.

“Je ne suis pas un bad boy. Je suis l’opposé du mauvais garçon. C’est juste un rôle dans le film. En réalité, j’ai peur des engins comme les motos par exemple. Je ne suis pas cool et je ne suis pas du tout un bad boy, en vrai”, se défend l’acteur.

Le film est très attendu.

La bande-annonce a été vue plus de 114 millions de fois en 24h sur Youtube, séduisant plus d’internautes que celle de Star Wars.

Cinquante nuances de Grey avait séduit près de 3,9 millions de spectateurs en France et généré 156 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis.

Taylor Swift et Zayn signent eux la musique avec le titre “I Don’t Wanna Live Forever”.


Cinquante nuances plus sombres sort le 8 février 2017 en France et en Belgique, le 9 février en Suisse.

Avec agences.

Le choix de la rédaction

Prochain article
"Baccalauréat", le miroir d'une Roumanie désabusée

cinema

"Baccalauréat", le miroir d'une Roumanie désabusée