Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Venezuela : la condamnation de l'opposant Leopoldo Lopez nourrit les tensions avec les Etats-Unis

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Venezuela : la condamnation de l'opposant Leopoldo Lopez nourrit les tensions avec les Etats-Unis

<p>Pour l‘épouse de l’opposant vénézuélien Leopoldo Lopez, le combat judiciaire n’est pas terminé. La Cour suprême a confirmé la condamnation de son mari à 14 ans de prison pour incitation à la violence lors de manifestations en 2014. Les avocats du couple vont à présent tenter de saisir la justice internationale. De retour d’un voyage aux Etats-Unis, Lilian Tintori s’est félicitée d’avoir le soutien de Donald Trump.</p> <p>“Ce que j’ai senti, c’est que la priorité de la Maison-Blanche en politique internationale, c‘était notre pays. C’est le Venezuela. Ils savent dans les détails ce qui se passe au Venezuela”, a martelé l‘épouse de Lopez.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="en"><p lang="en" dir="ltr">Venezuela should allow Leopoldo Lopez, a political prisoner & husband of <a href="https://twitter.com/liliantintori"><code>liliantintori</a> (just met w/ <a href="https://twitter.com/marcorubio"></code>marcorubio</a>) out of prison immediately. <a href="https://t.co/bt8Xhdo7al">pic.twitter.com/bt8Xhdo7al</a></p>— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) <a href="https://twitter.com/realDonaldTrump/status/832016501657968640">February 15, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Le président américain et le vice-président avaient reçu Lilian Tintori mercredi et, dans la foulée, Donald Trump avait posté un tweet appelant à la libération de Leopoldo Lopez, emprisonné depuis trois ans. Une prise de position vécue comme une provocation par le chaviste Nicolas Maduro, qui dirige le Venezuela.</p> <p>Alors que le pays est plongé dans une profonde crise économique et que la contestation populaire dure depuis des mois, les tensions avec les Etats-Unis sont plus vives que jamais. Washington a mis sur liste noire le vice-président vénézuélien, accusé de trafic de drogue, et Caracas a suspendu la version espagnole de <span class="caps">CNN</span> au Venezuela. La retransmission se poursuit sur internet mais elle est en passe d‘être coupée.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="en"><p lang="en" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/Venezuela?src=hash">#Venezuela</a> aims to block <a href="https://twitter.com/hashtag/CNN?src=hash">#CNN</a> Spanish-language service on internet <a href="https://t.co/JlfGHXlGut">https://t.co/JlfGHXlGut</a></p>— Stephanie Nebehay (@StephNebehay) <a href="https://twitter.com/StephNebehay/status/832332312956239874">February 16, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>