Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Dernier jour de la Conférence de Munich : l'Iran pointé du doigt et un nouvel appel à une solution politique en Syrie

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Dernier jour de la Conférence de Munich : l'Iran pointé du doigt et un nouvel appel à une solution politique en Syrie

<p>Au troisième et dernier jour de la Conférence sur la sécurité de Munich, les débats ont porté sur les multiples conflits et fractures au Moyen-Orient. Le ministre israélien de la Défense a saisi l’occasion de critiquer une nouvelle fois l’accord sur le nucléaire iranien.</p> <p>“L’accord iranien est un copié-collé de ce que nous avons eu avec la Corée du Nord, et nous savons ce que ça a donné avec la Corée du Nord, a martelé Avigdor Liberman. Il n’y a aucun doute. Vous pouvez poser la question à tout le monde. N’importe quel homme ou femme au Moyen-Orient comprend que l’Iran sera une réplique de l’accord avec la Corée du Nord.”</p> <p>L’Arabie saoudite a quant à elle estimé par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, que l’Iran “faisait partie du problème et non de la solution” au Moyen-Orient et a rejeté tout dialogue avec Téhéran dans l’immédiat. La réponse du chef de la diplomatie iranienne s’est voulue tout aussi directe :</p> <p>“L’Iran n’est pas influencé par les menaces, a déclaré Mohammad Javad Zarif. L’Iran réagit très bien au respect. Nous ne réagissons pas bien aux menaces.”</p> <p>Seule note positive, l’espoir modéré de Staffan de Mistura concernant le conflit syrien. L‘émissaire de l’<span class="caps">ONU</span> a évoqué la reprise des négociations intersyriennes la semaine prochaine à Genève.</p> <p>“Si nous voulons faire échec à Daesh, nous avons besoin – même si cela semble compliqué et lointain – d’une solution politique inclusive et crédible en Syrie, et c’est le défi auquel nous allons faire face dans les prochaines semaines”, a-t-il dit. </p> <p>Ces discussions sont prévues les 23 et 24 février.</p>