DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Marquage au laser de fruits et légumes


Sci-tech

Marquage au laser de fruits et légumes

Des patates douces au laser. Pas vraiment une nouvelle façon de les préparer mais plutôt de les présenter. Nous sommes en Suède où une chaîne de supermarché a ainsi décidé de marquer directement les fuits et légumes plutôt que d’utiliser des étiquettes et autres marquages polluants.

Peter Hägg, Ica Suède : “C’est une nouvelle technique nous sommes à la recherche d’une façon plus intelligente de marquer nos produits parce que nous pensons que nous utilisons trop de plastique ou d’emballages pour nos produits.”

Pour l’instant on en est à la phase de tests qui a commencé en décembre et qui a été prolongée jusqu‘à fin mars. Le procédé n’est pas sensé avoir d’effets sur le goût ou la durée de conservation des aliments.

Peter Hägg, Ica Suède : “On envoie sur le produit une lumière naturelle brillante, les pigments sur la peau se vaporisent ce qui laisse une marque. Et c’est très doux parce que la marque ne traverse pas du tout la peau et elle ne touche pas la qualité ou le goût du produit.”

Pour la phase de test on a sélectionné des patates douces et des avocats dont la peau n’est, généralement, pas mangée.

Peter Hägg, Ica Suède : “Il y a des choses positives dans l’emballage plastique. Pour certains produits cela permet de mieux conserver les aliments. Ce n’est donc pas un ennemi pour nous. Mais pour certains produits ce n’est absolument pas nécessaire parce que ça n’améliore pas leur conservation et ça coûte de l’argent.”

Les prochaines phases de tests concerneront des aliments dont la peau est comestible comme des pommes pour essentiellement tester la réaction des consommateurs : “C’est vraiment la première fois que je vois cela dans le marquage mais c’est une alternative plus durable, et je suis pour.”
Ou encore : “J’ai deux enfants et ils sont très importants pour moi. Donc j’essaye de trouver des aliments de bonne qualité, de penser à l’environnement. Pour nous c’est parfait.”

Kierra Box, les Amis de la Terre : “Nous savons qu’il y a un important volume de déchets dans la chaîne d’approvisionnement avant de voir le packaging dans les rayons. Nous savons que les producteurs et les détaillants ont essayé de le réduire, mais ils ne vont pas l’amener à zéro à moins d’utiliser des matières biodégradables, naturelles et qui ne laisseront pas des traces dans l’environnement après les avoir utilisées.”

La chaîne de supermarchés suédois en question a vendu quelque 725 000 paquets d’avocats bio en 2015. Il aura fallu pour les emballer 217 kilomètres de rouleau de plastique…

Le choix de la rédaction

Prochain article
Kenya : sur la trace des lions

Sci-tech

Kenya : sur la trace des lions