DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Comment réduire la pollution sonore et environnementale des avions ?


Boarding Pass

Comment réduire la pollution sonore et environnementale des avions ?

En partenariat avec

L’aérien produit environ 2% des gazs à effet de serre mondiaux sans parler du problème du bruit des avions au décollage et à l’atterrissage. Les avions sont 75% plus silencieux qu’il y a quelques années mais les gens voyagent plus souvent. Ici, à l’aéroport de Bergame, à côté de Milan, le trafic des passagers augmente constamment. Alors comment éviter que la pollution augmente elle aussi ?

“La première étape est d’utiliser les avions dans leur pleine capacité. Des avions chargés transportent plus de passagers sans augmenter le nombre de vols. La deuxième étape est une amélioration de la flotte. Et enfin, d’utiliser les “procédures dites anti-bruit”, qui consistent à canaliser le trafic aérien sur plusieurs routes, en évitant les zones urbaines, qui permet de réduire de manière significative les problèmes de bruit”, explique Paola De Forza de la société SACBO.

S’efforçant d‘être un bon voisin pour les communautés locales, l’aéroport a placé plusieurs micros dans les zones de décollage et d’atterrissage pour mesurer le bruit. Cet outil d‘écoute permet par exemple d‘éviter que des vols à basse altitude ne survolent des zones à forte densité de population.

“Là nous voyons un avion arriver. Nos micros vont capturer le bruit produit à cet instant précis par l’avion”, explique Elena Masoletti, analyste environnementale chez SACBO.

L’industrie n’a même pas à attendre de grands changements comme les biocarburants ou de nouveau type d’avions : elle réduit déjà son empreinte environnementale en optimisant toutes ces opérations.

“Nous analysons ces données tous les jours et tous les mois pour avoir suffisamment d’indicateurs pour comprendre la pression acoustique et parler du problème avec les autorités locales, les collectivités, pour trouver des solutions pour atténuer le bruit”, détaille Paolo de Forza.

Des efforts conjoints peuvent permettre de réduire le bruit et les émissions de gaz à effet de serre. Le concept d’EUROCONTROL pour les décollages et atterrissages en continue des avions à permis de réduire et la consommation de carburant et les nuisances sonores. Cette méthode supprime les paliers lors de ces deux phases gourmandes en carburant. Comparé à une montée ou une descente non-optimisée cette technique permet d‘économiser 50 à 20 km de carburant et de réduir le bruit entre 1 et 5 dB par vol.

Eurocontrol a aussi développé un accord de travail pour aider les aéroports à trouver des solutions communes aux défis environnementaux.

“C’est très important que les compagnies aériennes, les contrôleurs aériens, les gestionnaires d’aéroport, toutes les parties prenantes qui peuvent travailler ensemble, le fasse dans un environnement non-compétitif. On peut alors parvenir à un consensus et trouver des solutions ensemble”, explique Sharon Mahony exepert en environnement chez EUROCONTROL.

Faire face aux défis de la croissance, tout en réduisant l’impact de l’aérien sur l’environnement nécessitera sans aucun doute les efforts communs de tout un secteur.

Le choix de la rédaction

Prochain article

Boarding Pass

Drones civils et vols réguliers : comment éviter le danger ?