DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Allemagne : croissance solide et excédent budgétaire record en 2016


Business

Allemagne : croissance solide et excédent budgétaire record en 2016

L’excédent budgétaire de l’Etat Allemand a atteint un niveau record à 23,7 milliards d’euros (0,8% du PIB) en 2016. Du jamais vu depuis la Réunification du pays en 1990, selon l’office national des statistiques. C’est la troisième année de rang que le solde des dépenses publiques de l’Etat allemand est positif.

Avec +1,9% de croissance du PIB (produit intérieur brut) en 2016, l’Allemagne devance le Royaume-Uni (+1,8%), la zone euro (+1,7%) et les États-Unis (+1,6%) et s’adjuge la palme de la croissance parmi les économies les plus avancés dans le monde.

L‘économie allemande a largement bénéficié des investissements réalisés l’an passé par l‘État fédéral dans le but d’accueillir et d’intégrer les centaines de milliers de réfugiés qui ont fui les guerres, principalement du Moyen-Orient.

Malgré ces dépenses, l‘État fédéral a dégagé un surplus de 7 milliards d’euros, soit 2,3 milliards de moins que l’an dernier. Les soldes des caisses de la sécurité sociale (8,2 milliards), des États régionaux (4,7 milliards) et des communes (3,1 milliards) ont également clôturé l’année largement dans le vert.

Régulièrement pointée du doigt par le FMI et certains de ses partenaires européens, qui l’exhortent à engager une politique de relance favorable à la croissance économique, Angela Merkel a commenté avec modération la publication des résultats ce jeudi :

Cet excédent est un excédent fédéral, et nous devons regarder attentivement ce qui a trait à l’assurance chômage, les pensions…. Il y a ensuite la question des Etats allemands, et des collectivités, et quand vous regardez le budget fédéral, l’excédent est très modeste“ a déclaré la chancelière allemande.

Cet excédent s’explique aussi par la hausse l’an dernier des recettes de l’impôt sur le revenu, le coût peu élevé du service de la dette et un taux de chômage très faible.

Pour le président le la banque centrale allemande Jens Weidman, “Si l‘économie allemande est en grande forme, elle le doit surtout à une meilleure utilisation de capacités de production que dans le reste de la zone euro. L’emploi a encore battu des records l’an passé, grâce à une demande intérieure solide.”

Dans un communiqué, le ministère allemand des Finances affirme que la consommation des ménages “continuera d‘être un moteur de la croissance“. Pourtant, une étude publié ce jeudi par l’institut GfK indique que le moral des ménages à chuté à son plus bas niveau en quatre mois.

Le moral des consommateurs a pâti de la politique du nouveau président américain, assure l’analyste Rolf Bürkl, de GFK Market Research : “Le protectionnisme représente un problème pour ceux qui travaillent dans les industries exportatrices allemandes, cela crée de l’incertitude. Certaines personnes peuvent commencer à s’inquiéter quant à la pérennité de leur emploi“ déclare-t-il.

L’inflation pourrait aussi jouer sur le moral des consommateurs. Elle a atteint en janvier +1,9% sur un an en Allemagne, son plus haut niveau depuis trois ans et demi.