DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Thomas Jolly, "la culture peut sauver le monde"


musica

Thomas Jolly, "la culture peut sauver le monde"

En partenariat avec

“Musica” a eu le privilège de pouvoir filmer la première répétition en costume avec orchestre de “Fantasio” au Théâtre du Châtelet à Paris et d’interviewer Thomas Jolly, le metteur en scène. L’une des questions qui lui a été posée était : “Etes-vous optimiste sur le futur de la Culture ?”

“Je vais vous faire une réponse de normand ? Oui et non, mais je m’explique. Oui je suis optimiste parce que je pense que plus nous serons derrière nos écrans, plus nous serons… comment dire, dans un simulacre de relation, avec les réseaux sociaux, les smart phones, Internet etc, plus nous auront besoin d’être ici, ensemble, au même endroit, vivre au même endroit en même temps, et c’est ‘la’ solution dont on aura besoin aujourd’hui”.

“Donc, les théâtres seront pleins, les opéras seront pleins, les lieux vivants, d’arts vivants, seront pleins, ils le sont depuis 2.500 ans, s’il n’y avait pas une vraie nécessité derrière ces arts-là alors ils auraient disparus, pourtant ils sont toujours là.”

“Mais, en même temps, ce que je n’arrive pas à comprendre c’est qu’on est dans un temps troublé où il y a énormément de divisions, et la division est… comment dire, utilisée comme un outil politique, ça pour moi c’est dangereux, parce que ‘politique’ je l’entends au sens noble, c’est-à-dire ‘polis’, le nom grec, la cité, donc l’unité, et pourtant ce n’est pas ça qui se passe”.

“Or, la culture, qui est vraiment l’outil à la fois du vivre ensemble et à la fois du récit, deux choses qui nous manquent pertinemment aujourd’hui, le récit on en a pas, on a un flou sur l’avenir et c’est ça qui crée l’angoisse, et le vivre ensemble, ben, est meurtri par cette angoisse, je n’arrive pas à comprendre pourquoi politiquement il n’y a pas un grand élan culturel qui permettrait en fait de résoudre toutes ces divisions. Je pense que la culture, l’intelligence, peut sauver le monde, moi j’y crois à ça, je reste optimiste, quand même !”

Le choix de la rédaction

Prochain article

musica

"The Fairy Queen" de Purcell : "La magie se crée" à Vienne