DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chypre : quels bénéfices économiques en cas de réunification ?


insiders

Chypre : quels bénéfices économiques en cas de réunification ?

Sophie Claudet, Euronews : Fiona Mullen, merci d‘être encore avec nous. Parlons d‘économie maintenant. Est ce que les hommes d’affaires à Chypre et à l’extérieur se préparent et poussent pour un accord de paix ?

Fiona Mullen, Sapienta Economics : Je pense que les deux chambres de commerce, Chypriote turque et grecque, travaillent beaucoup ensemble. Elle font un excellent travail en mettant des entreprises et de hommes d’affaires en contact, pour que tout le monde soit prêt le jour où une solution sera trouvée.

Sophie Claudet : Et les entreprises étrangères? Y a-t-il des délégations qui se rendent à Chypre ?

Fiona Mullen : Je sais que le conseiller spécial de l’ONU sur Chypre, Espen Barth Eide a déclaré avoir parlé avec beaucoup d’hommes d’affaires. Il a de bons rapports avec les membres du Forum économique mondial dont il a été un des directeurs. Selon lui Chypre suscite beaucoup d’intérêt. Mais je pense qu’il faudra l’annonce d’un référendum ou un réferendum acté avant de voir des investisseurs étrangers affluer ici.

Sophie Claudet : Au sujet des investissements étrangers quels sont les secteurs qui bénéficieraient d’un accord de paix ?

Fiona Mullen : Je pense que les secteurs les plus concernés sont le tourisme, le gaz naturel, les transports et les services professionnels. En réalité, toute l‘économie en profitera. Parce que vous avez une économie chypriote grecque qui pèse 18 milliards d’euros qui pourra faire des affaires avec une économie turque à 700 milliards d’euros, ce qui n’est pas le cas actuellement. Et les chypriotes turcs qui ont une économie qui pèse seulement 3 milliards d’euros, pourront faire des affaires directement, ce qu’ils ne peuvent faire actuellement, avec les économies de l’Union européenne qui représentent 14.000 milliards d’euros. Donc les avantages seront clairs pour tout le monde.

Sophie Claudet : Qu’en est-il des créations d’emplois ? Nous avons vu dans notre reportage que le chômage des jeunes à Chypre est plutôt élevé, en particulier dans le Sud. Est-ce qu’un accord de paix, en relançant ou en stimulant l‘économie générerait de l’emploi, en particulier pour les jeunes ?

Fiona Mullen : Oui. C’est un gros problème à Chypre. Un jeune sur trois est au chômage. Et c’est difficile même pour ceux qui ont un travail, certains détenteurs de doctorats se retrouvent à servir le café. Vous avez aussi des familles et des entreprises qui sont très endettées. Et j’ai vu qu’avec le peu qu’ils ont les Chypriotes font déjà beaucoup. Donc ils pourraient faire tellement plus si leur pays était à nouveau unifié.

Parce que Chypre sera le seul pays de la région à pouvoir communiquer avec tous ses voisins. Et c’est vraiment majeur, d’un point de vue diplomatique. Chypre deviendra un acteur plutôt qu’un pion. Mais cela signifie aussi que les gens viendront à Chypre, dans un pays sûr et membre de l’Union Européenne pour y faire des affaires. Et c’est la meilleure chose qui puisse arriver à Chypre. Si les anciens ne peuvent pas surmonter leurs problèmes historiques pour offrir cela à leurs enfants au chômage, alors c’est vraiment tragique.