DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

ISIS The End ? Un "jeu sérieux" pour détecter la radicalisation islamiste


Monde

ISIS The End ? Un "jeu sérieux" pour détecter la radicalisation islamiste

Thomas a 21 ans, il vient de Dinan, en Bretagne. Un jeune homme sportif, serviable et sans histoire. Il a passé des tests pour intégrer l’armée mais malgré son désir de servir, il a été recalé. Ensuite, il a repris ses études mais il est un peu perdu.

Thomas s’est converti à l’Islam il y a quelques mois. Une conversion qui lui a permis de retrouver confiance en lui. Selon ses parents, catholiques, sa nouvelle religion n’est pas un motif d’inquiétude, au contraire.

C’est Estelle, son ex-petite amie, qui l’a signalé à l’Unité nationale d’intervention contre la radicalisation (UNIR). Elle est inquiète car sa rupture avec Thomas est peu commune. En couple depuis deux ans, il a refusé soudainement tout contact avec les femmes avec qui il ne partage aucun lien de sang. Il a estimé que sa relation avec elle était un péché et qu’il fallait y mettre un terme.

Y a-t-il de quoi s’alarmer ? Qui sont ces «frères» que fréquente Thomas ? Ses parents se rendront-ils compte de son changement radical ?

Détecter la radicalisation en jouant, c'est sérieux ?

Attention ! Ce Thomas là n’existe pas. Il n’est qu’un personnage du “serious game” (jeu sérieux) ISIS The End ? que nous avons créé collectivement (Nous sommes 9 étudiants en journalisme de Lyon) puis lancé le 4 décembre dernier.

L’intrigue de notre «serious game», qui consiste à décrypter le mécanisme de radicalisation islamiste et à faire comprendre comment cette radicalisation évolue, se déroule en 2022 en France. Le groupe Etat islamique est supposé être encore plus menaçant qu’aujourd’hui. Si vous y jouez, vous devrez entrer dans la peau d’un membre de l’UNIR, afin de détecter la radicalisation de quatre personnes qui ont été signalées par leur entourage à cause d’un comportement suspect.

Vous devrez empêcher Thomas (21 ans), Rachid (29 ans), Moussa (22 ans) et Marion (16 ans) de se radicaliser, respectivement à Dinan, Paris, Fréjus et Marseille. La carte d’identité de chacun d’entre eux vous sera donnée dès la première étape du jeu. Et durant l’enquête, vous pourrez déceler les signes de radicalisation avant qu’il ne soit trop tard, avant que le personnage ne commette un acte irréparable.

Des témoignages de parents, d'un ancien radicalisé...

Des éléments cliquables ont été intégrés grâce aux logiciels Klynt et Photoshop, afin de rendre ce “serious game” plus « attrayant ».

Vous pouvez ainsi fouiller un compte Facebook, ou bien un coffre de voiture, mais aussi chercher des indices dans une cellule. Chaque scénario dure un peu moins de dix minutes. Et afin de permettre au joueur de mieux comprendre les phénomènes de radicalisation islamistes, nous avons incorporé plusieurs véritables témoignages, que nous avons nous-mêmes recueillis, qui donnent des pistes supplémentaires pour accomplir la mission.

Parmi ces témoignages, on peut citer ceux de Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, Sandra Laffont, journaliste de l’Agence France Presse, Mourad Benchellali, ancien détenu français du camp de Guantánamo, et Véronique Roy, la mère de Quentin, décédé en Syrie.

Nous rapprocher de ces personnes nous a permis d’être au plus près du réel, et de mieux comprendre comment apparaît le processus de radicalisation.

L'utilité pédagogique, fierté des 9 créateurs

Pour nous, étudiants en Nouvelles Pratiques Journalistiques à Lyon, il était évident que notre projet devait regrouper plusieurs formats (écriture, audio et vidéo) et se distinguer par son aspect multimédias. Après de nombreux «brainstormings», les idées lancées étaient assez peu réalisables ou trop communes. L’idée de traiter du thème de l’embrigadement se faisait néanmoins chaque fois plus présente. Mais ce phénomène étant bien trop vaste, la radicalisation islamiste s’est imposée, d’autant qu’elle est au coeur de l’actualité.

Rédaction du scénario, reportages, interviews, montages, codages, nos nuits étaient de plus en plus courtes à l’approche de début décembre 2016, date imposée pour rendre notre travail. Ce n’est pas la campagne d’information du gouvernement français, intitulée «Toujours le choix», qui allait apaiser notre stress, bien au contraire ! Cette campagne avait le même but que notre “serious game”, informer sur le processus de radicalisation islamiste.

Les sentiments de fierté et du devoir, plus qu’accompli, ont finalement pris peu à peu le dessus sur notre stress.

ISIS The End ? a été lancé le 4 décembre. Au fil des jours, les retours positifs et encourageants du public, des professionnels et des médias nous ont fait oublier les moments de doute et de fatigue… Trois mois plus tard, notre réalisation continue de vivre et tend à s’améliorer. Et les nombreuses sollicitations qui nous sont adressées nous permettent de voir toute l’utilité pédagogique de notre jeu…on ne peut plus sérieux !

www.isistheend.com

Amélie James
Grégor Clauss
Jordan Curé-Heaton
Dakota Gizard
Baptiste Madinier
Timothée Piron
Élodie Soupama
Maëlys Vesir
Abdéraouf Zerarka